Le best of photo 2016 d’Open Minded (et ça n’a pas été facile)

Ce qu’on a kiffé en 2016

 

Laurent Knonental 

Pendant quatre ans, quand le soleil se levait ou se couchait, Laurent était là, en banlieue parisienne photographiant les grands ensembles construits entre 1950 et 1980. Sa collection baptisée « Souvenir du futur » fige un lointain passé irréel des bâtiments bruts, tout en soulignant leur aspect futuriste. Tel Martin Parr explorant de son œil compatissant et chaleureux les touristes, Laurent Kronental porte ce même regard sur la banlieue, bien loin des stigmates.

photo

 

Burning Man 

Pour la trentième édition du Burning Man, les organisateurs ont vu les choses en grand. En témoigne les photos complètement folles que vous pouvez voir ci-dessous. Au programme de cette année, comme d’habitude, des installations hallucinantes, des gens nus et bourrés et d’autres trucs totalement improbables qu’on ne ne trouve qu’au Burning Man.

photo

 

Masha Svytagor

Masha Svyatogor, jeune photographe de 26ans, capture la jeunesse de Biélorussie dans sa série My poor little room of imagination.Comment les jeunes y vivent-ils ? Masha capture cette jeunesse désorientée et inquiète, la plupart du temps ses propres amis, dans leurs appartements situés dans les anciens blocs gris typique de l’ère soviétique. Des images figées d’une jeunesse qui s’écaille sous une dictature qui dure.

photo

 

Frédéric Chaubin

Imposants et encore debout, les édifices d’un lourd passé soviétique normalement monotones surprennent ici par l’absence de règles et leur originalité futuriste. Frédéric Chaubin, rédacteur en chef du magazine Citizen K, a publié le livre CCCP aux éditions Taschen. Signifiant URSS en russe et Cosmic Communist Constructions Photographed selon son créateur, Frédéric a voyagé pendant 7 ans dans les anciennes républiques socialistes soviétiques pour en capturer leur beauté brute.

photo

 

Werner Pawlok

Le photographe allemand Werner Pawlok a effectué plusieurs séjours à Cuba. Il en est revenu avec de nombreuses photographies de somptueuses maisons et une palette complète de toutes les couleurs. Inspiré par certaines maisons de l’extérieur, il n’hésite pas à sonner pour découvrir l’intérieur sublime et décrépi de manoirs à La Havane. Ne restant pas plus de 30 minutes pour ne pas importuner les propriétaires, il capture l’authentique Cuba en de nombreuses photographies évoquant des tableaux de peinture.

photo

 

Matthias Haker

On se plait à imaginer quelles personnalités célèbres à fouler les pas de ces fastueux hôtels digne du Grand Budapest Hotel. Plus proche maintenant de l’hôtel perdu de Shining, Matthias leur rend gloire à travers l’objectif. Il tient bien sûr à protéger les lieux des envahisseurs et les garder secrets, c’est pourquoi aucune légende ni information supplémentaire n’a été dévoilées. Seuls nos yeux peuvent jalouser et admirer son magnifique travail.

À LIRE :   Get out, le film d’horreur qui secoue l’Amérique
photo

 

Olja Ryzevski et Mauricio F. Corridan

Ce couple basé à Berlin aime voyager autour du monde. Les deux explorateurs s’adonnent donc régulièrement à des voyages, et leur dernière lubie a été de visiter l’Asie. Ils ont un pied-à-terre à Séoul et se sont tapés un trip de trois jours sur l’île de Java, entre l’Indonésie et la Thaïlande. Sympa, non ? Surtout quand on voit les images qu’ils ont réalisées là bas. Ça donne juste envie de faire sa valise et de prendre un billet d’avion.

photo

 

Biancoshock

Biancoshock est un artiste basé à Milan, en Italie, qui a déjà réalisé plus de 650 œuvres de par le monde, en France, en Croatie, en Allemagne, en Norvège, ou encore au Portugal et à Singapour. Et c’est dans sa propre ville qu’il a récemment eu l’idée de réaliser une bien étrange installation dans l’espace urbain. Cette œuvre, portant le nom de Borderlife, qui dénonce le fait que certaines personnes soient forcées de vivre dans des conditions extrêmement précaires, à tel point qu’elles en arrivent à habiter dans des bouches d’égouts.

photo

 

Lucas Foglia

Son intérêt pour la vie simple et proche de la nature l’emmène à la rencontre de personnes différentes, refusant d’évoluer dans un monde saturé et pollué. Les terres américaines les plus reculées et les communautés qui y vivent sont au centre de l’attention du photographe ; l’authenticité des histoires qu’ils racontent ensemble est primordiale. Ainsi, Lucas Foglia veut montrer que l’Homme ne peut vivre sans les ressources offertes par la Terre, et rétablir les fondements de la nature humaine et de l’environnement.

photo

 

 

Janne Kahila

Janne Kahila est un analyste de data finlandais. Mais sa grande passion depuis 2007, la photographie, l’a conduit de la Norvège, Finlande, jusqu’à Paris, la Croatie, et même en Islande. Ses photographies, certes retouchées, subliment des paysages époustouflants et éclatants à la beauté presque irréelle. Une luminosité incroyable qui fait voyager, en attendant de partir nous aussi en vacances. Ne se contentant pour l’instant que de photographier l’Europe, on a hâte d’admirer ses œuvres visuelles quand il shootera dans le monde entier.

photo