Australie, l’ancien paradis des backpackers

Retour à la réalité

Tu connais forcément un pote qui s’est déjà fait, ou qui se prévoit, un road-trip en Australie. C’est devenu LA destination tendance des baroudeurs venus des quatre coins du globe. Et on les comprend, entre plages paradisiaques, paysages à en couper le souffle, koalas et kangourous à foison sans parler des mythiques couchers de soleil australiens, ça donne vraiment envie! Si bien que les occidentaux partis à la conquête du continent rouge ne se comptent plus. Que ce soit dans les fermes ou les auberges de jeunesse, les backpackers sont partout. S’expatrier au pays des kangourous pour passer Noël en été c’est quand même tentant… L’Australie est devenue le paradis sur terre des voyageurs, jusqu’à ce que le rêve ne vire au cauchemar

Pour beaucoup de backpakers, l’Australie est le pays idéal pour travailler et se la couler douce. En effet, grâce au visa working holiday, nos baroudeurs étaient dispensés de payer des impôts. Une aubaine donc car ils pouvaient travailler, profiter de leur voyager et récupérer l’intégralité des taxes qui avaient été déduits de leur salaire une fois de retour chez eux. Pas étonnant que le continent soit devenu l’endroit idéal pour une première expérience à l’autre bout du monde.

australie

Oui mais voilà, puisque « toutes les bonnes choses ont une fin », l’Australie se déroge pas à la règle… Terre d’immigration depuis la nuit des temps, le continent a décidé de mettre le holà. Fini le visa working holiday pour tous et surtout, fini le jackpot en rentrant à la maison. Le gouvernement a décidé de prendre des mesures progressives face à l’afflux de touristes. En effet,  les visas seront de plus en plus difficiles à obtenir. Pour la question des cotisations, les voyageurs seront finalement taxés à hauteur de 15%.

À LIRE :   Migrants: le trafic du désespoir
australie

Bon, avant de crier à l’injustice, il faut reconnaître que c’est déjà pas mal. Après tout, le gouvernement a décidé de mettre fin à cette politique dans un but précis. En effet, beaucoup de backpackers sont victimes d’employeurs peu scrupuleux qui profitent des étrangers pour s’offrir une main d’oeuvre bon marché. Revenus trop bas, conditions de vie précaires, prix du logement équivalent au salaire proposé, paiement en fonction du poids dans les fermes… Les arnaques sont de plus en plus nombreuses

australie

Attention, loin de moi l’idée de te démotiver! Si tu te sens l’âme vagabonde et que rien ne peut t’arrêter, vas-y fonce. Puis, comme on dit, « vaut mieux prévenir que guérir ». Alors, maintenant que t’es prévenu, sois vigilant et surtout éclate-toi! Après tout, le but du backpacking n’est pas de vivre pour travailler mais travailler pour vivre une aventure hors du commun!

autralie