Big à corps ouvert, l’exposition pour ne plus fermer les yeux

Le photographe Axel Perez, un regard tendre sur l’obésité dans son exposition Big.

big1

Gros, obèse, gras, big, fat,  autant de mots rejetés, dans une société où l’image de soi prime dans des idéaux de minceur, parfois même cantinant à l’excès, et avec eux, ceux qui souffrent de ces maux. La grossophobie demeure, malgré un peu plus de place aux acteurs corpulents au cinéma et dans les séries dans des registres moins stéréotypés.

Nous avion déjà parlé d’Axel, mais sur un thème plus léger, les « Sbylettes », ce run de bikers sur des mobs. Si le sujet est ici différent, l’approche n’en est pas moins la même : L’humain dans ses excès, paradoxes et complexités. C’est donc toujours une approche photographique qui tend au sociologique que l’on retrouve dans les travaux d’Axel, comme une recherche de mieux connaître l’autre pour mieux en apprendre sur soi.

La genèse de l’exposition Big est issue des travaux en évènementiel en milieu médical d’Axel. Plus encore, il propose des portraits de médecins hors fonctions et loin de leurs blouses. Une médecin, séduite par l’expérience, suggère de reproduire le procédé avec des patients dans une clinique spécialisée en traitement de l’obésité.

big4

Ainsi, Axel séjourne durant 6 semaines dans un établissement spécialisé, en totale immersion, où l’approche profondément humaniste se matérialise à travers une relation soignant-soigné. Des soins spécifiques et aucun traitement chirurgical. Rendre aux patients le goût de l’effort, une autonomie, leur humanité, leur dignité sont au centre de ce microcosme.

À LIRE :   Nick Smith s’amuse avec la littérature érotique

Le photographe est à la fois le révélateur, le témoin, le complice de ceux qui souffrent et combattent. Saisir chaque attitude, créer une complicité, un regard échanger et comprendre. Voici le corpus de ce projet photographique. Le patient devient modèle et acteur de sa propre vie, de son propre corps.

big-avant-apres
Evolution

Partager l’instant comme un moment de fuite de soi, de son corps, des critiques de la société et de ses préjugés. Les prises de vue se succèdent, en dialogues, en confidences, en approches avortées, en déguisements, en fous rires, en pleurs, en colères. L’émotion à fleur de peau, à fleur de larmes.

big2 big3

C’est un cri qui s’échappe de l’exposition Big, celui des invisibles, ceux qui sont exclus du droit au respect élémentaire propre à tout à chacun, c’est un cri de douleur, d’amertume et d’espoir qui ne peut que tous nous affecter et nous faire prendre conscience d’une réalité obscène.

 

big-couv

« Sur cette photo, trois femmes, Laurence, Élisabeth et Souad, complices et décidées, ont choisi de théâtraliser avec ingéniosité les trois singes de la sagesse pour participer à cette sensibilisation. En travaillant avec elles , elles m’ expliquent : « On n’ entend jamais rien sur l’ obésité, on ne nous donne jamais la parole, on ne nous voit pas, on n’ existe pas… » À ce moment précis, je mesure la légitimité de l’ expérience que je suis en train de mener. »

Axel Perez

big-cover

Facebook

Photographies Axel Perez.

 

 

Publicités