Sbylettes road trip, des bikers et des mobylettes pour un run déjanté

Rencontre avec Axel Herateur, photographe des Sbylettes road trip.

sbylettes

Ça sent bon l’asphalte, le vécu et de franches marrades. Au détour d’un bistro, comme heureusement il en existe encore, j’ai fait la rencontre de ce personnage sombre (par les vêtements) et haut en couleurs par ses histoires et son enthousiasme. Axel Herateur, Photographe toujours en quête de nouveaux projets, et un majeur étant à venir, on s’est donc posé avec lui pour parler d’une série de photos en particulier, « Sbylettes road trip » et on a cherché à en savoir un peu plus.

Éclectique et souvent déjanté, Axel nous livre son parcours et certains de ses délires. L’interview est ci-dessous et le photo-reportage dans la foulée.

sbylettes30

« En 2 mots, c’est qui Axel Herateur » ? (en 2 mots hein !)

Après une scolarité plutôt chaotique, le système de l’époque ne me correspondant pas ou inversement..!

je me retrouve à l’ANPE, qui me propose une mission chez un photographe et grossiste à Pantin, c’est là que je grandis.

Cet emploi me permet de trouver un compromis acceptable à mon désir de faire de la mise en scène et de la réalisation, en me disant que la photographie, me permettra, peut-être, d’approcher le monde cinématographique par une porte dérobée …

Je découvre l’image fixe, avec des photographes qui viennent acheter pellicules et chimie…

Je discute avec eux du travail, participe à des prises de vues: nature morte et shooting mode; nous sommes en 1986, j’ai 20 ans, et après 9 mois de bons et loyaux services chez Photo Stock, je provoque une réunion extraordinaire auprès de me parents, afin qu’une dernière fois, ils acceptent de me payer un cours privé de photographie, histoire de parfaire mes connaissances techniques en prises de vue et tirage argentique.

 

J’en sors deux ans plus tard, et je m’aperçois que la photographie peut me permettre aussi de raconter des histoires.

 

Je commence à me faire les dents sur des événements nationaux, de type 14 juillet, où avec une fausse carte de presse du Monde, j’accède aux tribunes « V.I.P. ». Ça me permet de croiser Mitterrand ou Jack Lang, sur des manifestations, des concerts, courses sportives etc. bref partout où je peux faire des images…

La première photo que je vends, c’est à Quenn Latifah que je la dois, alors grande prêtresse du rap US.

Elle joue au New Morning, et je suis le seul photographe  présent, le rap commence tout juste à arriver en France…

Ma photo sert à la pochette de disque d’un Maxi 45 tours et me permet de travailler ponctuellement, pour FNAC Music , alors petite boite de production.

Sur des festivals, je croise la fine fleur montante du RAP français: NTM, IAM, Mc Solar et bien d’autres, sur des Sounds ou performances, des DJ et graffeurs… Le street art commence à envahir la porte de la Chapelle et ses murs ….  

À LIRE :   Hereditary, déjà considéré comme le meilleur film d'horreur de 2018 !

Je participe à différentes expos sur ce mouvement en pleine croissance, collabore à un ouvrage de Pascale Deschamps, alors étudiante en ethnologie et sociologie sur le mouvement et la musique Rap.

C’est peut être aussi grâce à ce travail, que mon approche photographique se veut elle aussi, sociologique. 

J’aime travailler longtemps sur un sujet, m’imprégner et faire partie de l’environnement, peut-être pour mieux le comprendre, ou me l’accaparer .

Mais c’est l’humain que je privilégie avant tout, dans tous ses excès, paradoxes et complexité… et les autres restent le meilleur moyen d’en apprendre sur soi-même.

« Comment s’est fait le projet Sbylettes road trip » ?

En 2008, je fais connaissance d’une bande d’énergumènes, Les Tintin’s Band, qui ont deux passions:

La fête, et les deux roues, particulièrement les Harley Davidson.

C’est une bande de potes pour moi, De bikers pour d’autres … Certains se connaissent depuis toujours, d’autres se sont greffés à la bande, avec au fil du temps, des départs et des copains partis trop vite…

sbylettes20
Les protagonistes

J’ai commencé à les suivre photographiquement parlant, à devenir le témoin de leur histoire, de leur vie,  de leurs délires, et réciproquement eux sont devenus les témoins privilégiés de mon regard, du temps qui passe et de l’affection que je leurs porte.

En 2016, ils me proposent de partir avec eux sur un « run » comme ils disent, une balade..

sbylettes21
Les protagonistes

Un rdv annuel du coté de Sancerre, à une bonne centaine de km de leur club, ce qui reste une simple formalité avec leurs engins, sauf que cette fois-ci, c’est en sbylettes, en brêles, en mobylettes, qu’ils iront ..!!! 

sbylettes22
Les protagonistes

Les bonnes vieilles mobylettes de papa, les fameuses bleues de chez Motobécane, les 102 et 103 Peugeot de notre adolescence,

Les vespas au look si retro…

sbylettes23
Les protagonistes

Ces photos racontent une histoire, où l’on remonte le temps pour se retrouver au milieu des années 70, un mélange du Joe Bar Team et de Franck Margerin..

sbylettes24
Les protagonistes
sbylettes25
Les protagonistes

Rien de bien sérieux, juste des bons moments que j’ai eu envie d’immortaliser car le périple en valait les images et les références, juste parce que ça fait du bien de se marrer …!!! 

Axel Herateur

C’est donc une série de photos qu’on te laisse regarder et à découvrir plus amplement sur le Facebook d’Axel. Un story photo qui fait du bien et qui je l’espère saura t’inspirer.

sbylettes33 sbylettes34 sbylettes35 sbylettes36 sbylettes41 sbylettes42 sbylettes43 sbylettes44 sbylettes45 sbylettes46 sbylettes47 sbylettes48 sbylettes49 sbylettes50

Facebook

Instagram

Site 

Et tu peux aussi suivre et rencontrer Axel dans sa galerie parisienne Pleine Ouverture.

Publicités