Kan, le street-artist qui peint au point

Street-art et pointillismes donnent des portraits surprenants

Tu connais Kan ? C’est un street artist du sud de la France qui est tombé dans les bombes quand il était petit (et parce qu’il s’ennuyait au lycée). Après un passage à Paris, il se rend à Los Angeles et découvre le meilleur de ce que la street culture pouvait lui offrir.

Kan 1

En 2000, après s’être installé à Paris, il rejoint Da Mental Vaporz, un collectif d’art urbain incluant Bom.k, Iso, Blo, Sowat, Jaw, Dran, Kan, Brusk, Gris1, et Lek. Ensemble, ils se lancent dans la production de fresques à grande échelle, à travers la banlieue sud de Paris. Depuis, Kan participe à de très nombreuses œuvres, et a exposé à travers le monde, de Paris à New York en passant par Londres. Le 5 mai 2018, il sera au MUR, rue Oberkampf.

Kan 2

En combinant sa passion pour l’informatique, la vidéo et le design aux techniques de graph, Kan se permet d’explorer de nombreuses techniques graphiques, et notamment le pixel art. A première vue, on dirait seulement une série de points qui hypnotisent, qui prennent soudain forme, afin de faire apparaitre un portrait, une figure familière qui semble observer l’observateur.

À LIRE :   Snøhetta crée la maison qui ne pollue pas !
Kan 3

C’est particulièrement le cas avec une série de portraits de femmes que Kan a réalisé. Présentées comme des pin-up au regard aguicheur, elles ne sont pourtant qu’un amas de points de couleur, pas toujours très facile à déchiffrer. Et pourtant, c’est ce qu’on aime dans ces œuvres. Comme des Joconde modernes, leur regarde perturbe. Avec des noms comme « Splendid Cécile », « Strong Pauline », « Gorgeous Jessica », « Glamour Sagamore » ou « Sexy roller girl », Mona Lisa n’a qu’à bien s’accrocher à son cadre. On te laisse te faire une idée toi-même.

Kan 4 Kan 5 Kan 6 Kan 7

Plus d’œuvres sur le compte Instagram de Kan et plus d’infos  sur sa performance au MUR Oberkampf sur ce site.

Lucas Richard

Publicités