Last night I’m done : les photos sombres et provocantes d’Arnold Veber

Volet trash de la jeunesse Moscovite

Depuis le 17 mars, Le CENTQUATRE-PARIS accueille la 8ème édition du festival Circulation(s), qui fait la part belle à la photographie contemporaine européenne. Cette année, le festival a mis en lumière de nombreux jeunes talents, et notamment Arnold Veber.

Arnold Veber 1

Arnold est un jeune photographe Russe de 27 ans, qui « documente l’apathie sociale, culturelle et politique qui a touché la Russie durant les années 2014-2015 et a placé la jeunesse dans une situation ambivalente ». Avec la série « Last night I’m done », Arnold Veber illustre les modes de vie nocturnes de ses contemporains, au travers de clichés sombres, distordus et parfois dérangeants à voir, mais toujours emplis de beauté.

À LIRE :   Le Distinguished Gentleman's Ride est de retour
Arnold Veber 2

A ces clichés viennent s’ajouter des citations, en blanc sur fond noir, comme des fragments de discours tenus à 4h du matin, devant un club moscovite, avec une bière à la main.

Arnold Veber 3
« Tu as toute ta vie devant toi pour la comprendre, en revanche le pub, lui, ferme dans 5heures. »

Pour Veber, sa génération est forcée de vivre dans l’instant présent, et choisie donc l’ivresse de la nuit et de la fête pour vivre pleinement.

Arnold Veber 5
Arnold Veber 6
« Au début, tu veux appeler quelqu’un par son vieux surnom, celui que tu utilises depuis des années.
Mais tu réalises aussitôt que cela le replonge dans son passé, un passé dans lequel toi tu pourris encore. Alors que pour lui, tout est ok. Il s’en est sorti ».
Arnold Veber 7
Arnold Veber 8
« Personne n’est,responsable de quoi que ce soit. Personne n’est responsable de ses action. C’est juste que, tôt ou tard, la vie de chacun commence à craindre. Chercher un job, remplir de la paperasse, dépenser ses derniers centimes dans l’alcool. »
Arnold Veber 9
Arnold Veber 10
« On dirait que la crise est en train de prendre fin. Les abonnements à la gym deviennent moins cher, les employeurs payent à manger, et les frais médicaux dans des hôpitaux privés. J’adore mon entreprise. »
Arnold Veber 11
Arnold Veber 12
« Mon job me tue à petit feu. Je meurs le vendredi soir, pour ressusciter le samedi à minuit. »
Arnold Veber 14 Arnold Veber 15

Pour découvrir « Last night I’m done », d’Arnold Veber, rendez-vous au festival Circulation(s), et sur le site internet du photographe.