La fresque Rosa Parks : un projet titanesque pour une oeuvre magnifique !

500m, 5 artistes, 1 oeuvre !

La fresque Rosa Parks est un projet fou : faire de 500m de béton la plus grande fresque artistique de Paris. Afin de rendre ce rêve réalité, l’association GFR a convié, en 2015, 5 artistes au sein de la capitale. Retour en images sur ce projet de street art grandeur nature. 

Rosa ParksIls ne les ont pas ont pas seulement invités pour qu’ils créent, mais également pour qu’ils discutent avec les résidents des problématiques, de leurs quotidiens … C’est ainsi que les habitants du quartier ont directement pu participer à l’agencement de la fresque. Cette volonté s’inscrit dans une vision au long terme : faire en sorte que la fresque soit participative et que le quartier tout entier se l’approprie.

Rosa Parks
Katjastroph

Cette fresque est une oeuvre contestataire, elle met sur le même plan la lutte de Rosa Parks pour la reconnaissance des droits civiques des afro-américains et les contestations des riverains autour des idéaux égalitaires. Le but est simple : dire que certains combats comme la discrimination à l’embauche ou l’égalité homme-femme sont toujours d’actualité.

Rosa ParksC’est dans cette optique que 5 artistes aux parcours et aux styles très variés ont collaboré ensemble pour que cette mentalité soit retranscrite sur 500m. Des françaises telles que : KATJASTROPH, qui a énormément travaillée sur l’imaginaire et le parcours de la pensée de l’adolescence à l’âge adulte. Ou encore KASHINK, qui célèbre la diversité de l’humanité en peignant des personnages aux couleurs de peaux imaginaires.

À LIRE :   Le nouvel album de Ratatat tombe à point nommé pour l'été
Rosa Parks
Zepha

Mais également des artistes internationaux, comme la colombienne BASTARDILLA, qui s’est servie du mur pour combattre les différents murs-frontières à travers le monde. Faisant de la fresque un mur d’accueil, rendant hommage à la liberté. Mais également TATYANA FAZLALIZADEH, qui a travaillée sur les différents témoignages des femmes du 18ème arrondissement. Son objectif : inscrire leurs histoires et leurs paroles dehors, sur le mur.

Rosa Parks
Kashink

A cette liste s’ajoute ZEPHA, spécialisé dans la calligraphie, il voulait faire parler le mur en y inscrivant des paroles de chansons protestataires américaines. A travers ses « bulles » il inscrit dans le béton, la parole des riverains.

Rosa Parks

Une fois avoir travaillé avec les locaux, les artistes ont également dû travailler entre eux afin de construire une fresque cohérente. Ainsi, malgré les différences de style et de techniques, on retrouve une fresque cohérente, parsemée de dialogues inattendus et d’images abstraites et symboliques. En unissant leurs talents ils ont rendu hommage à un quartier et donné un nouveau souffle à une idée simple : l’égalité par la différence.  

Rosa Parks
Zepha

Plus d’informations : Site officiel Rosa Parks fait le mur

Geof.BE