J’ai décidé de passer les trois derniers jours de l’année bourré.

Planning 2017 // 29 décembre : bourré, 30 décembre : bourré, 31 décembre : méga bourré.

bourre

En cette fin d’année 2017, il se produit un phénomène extrêmement rare appelé « le pouvoir des 3 » ou « les reliques de la mort » selon le niveau d’alcoolémie que l’on souhaite atteindre. Cette année, le nouvel an se produit un dimanche soir. Alors si beaucoup voient ça comme un désastre, pour nous – membres du gluglux clanc’est une aubaine qu’on ne raterait pour rien au monde. Pendant trois jours, ce sera socialement accepté d’être soûl, à n’importe quelle heure du jour et de la nuit, pourvu qu’on explose de joie et que l’on crie « Bonne Année ! » une fois par heure environ. Du coup, le micro-groupe que nous formons mais pas moins influent – a décidé de faire honneur aux traditions et de finir cette année aussi mal qu’elle a pu se passer dans sa globalité.

Pendant trois jours donc, nous avons tout prévu pour commencer l’année en ayant déjà tout oublié. Mais avant de vous partager notre programme, place aux présentations.

Le groupe du gluglux clan est composé de 4 personnes :

Julien : 29 ans, c’est l’aîné de la fratrie, il nous suit dans toutes nos folies même si en général il finit soit par terre, soit chez sa mère. Graphiste free-lance, il est très talentueux mais il a un poil dans la main et toujours une bière dans l’autre.

Maël : 25 ans, c’est l’artiste toujours partant pour un pastis. Il travaille dans l’audiovisuel mais son truc à lui c’est les voyages. De très bon conseils et extrêmement rassurant, Maël c’est celui qui va t’aider à aller mieux quand l’alcool te rend un peu trop sentimental. Grâce à lui, tu sais que tu vas passer une bonne soirée. En plus il est un tout petit peu roux, ce qui le rend encore plus mignon.

bourre
Photo non-officielle de Maël quand il était petit.

Constance : 26 ans, c’est la folie et la joie incarnée. Très douée avec les gens et les mots, Constance est une commerciale qui pourrait vendre un baril de pétrole à Nicolas Hulot . On ne sait pas vraiment ce qui se passe dans sa tête mais c’est le genre de fille qui fait de chaque soirée une histoire mémorable. Avec elle, tu sais comment ta nuit commence mais jamais comment elle finit et surtout où. La dernière fois c’était en Normandie. On a jamais su comment elle avait atterrit là (histoire vraie).

Moi-même : 24 ans, le paradoxe incarné. Je suis celui qu’on perd et qu’on retrouve dix fois dans la soirée. Ma phrase préféré c’est « J’vous jure les gars, j’suis pas bourré » même quand j’ai la tête dans les chiottes et le vomi entre les dents. Grand hyperactif, j’aime danser, que la soirée ne s’arrête jamais même si pour ça, je dois faire une sieste réparatrice devant un mur de son.

Maintenant que vous connaissez l’équipe, voilà le programme. 

Naturellement, pour le remplir à la perfection, nous devons d’abord nous reposer. C’est pourquoi nous avons décidé de rester chez nous, au lit toute la journée du vendredi. Les hostilités ne commenceront qu’à partir de 20 heures. Inutile de préciser que nous avons mis de l’argent de côté pour l’occasion, 180 euros chacun pour tenir les 3 jours.

Le premier soir, nous commençerons doucement avec un apéro chez moi. Pour l’occasion, Julien apportera ses enceintes de geek, de quoi nous réchauffer et nous motiver pour cet exercice d’endurance sans équivoque. Pour la suite, c’est encore un peu flou, Constance et Maël aiment l’imprévu et ne peuvent donc jamais anticiper quoi que ce soit plus de deux heures à l’avance, à l’exception des reliques de la mort bien sûr. Cependant, pour l’avoir fait plusieurs centaines de fois, je peux déjà me faire une petite idée du déroulé de la soirée. Vers 23h, quand la musique deviendra dans nos têtes qu’un faible chuchotement alors que le volume est au maximum, nous allons nous rendre dans un de nos bars fétiches d’Oberkampf. Une fois celui-ci enflammé et Julien bien bourré, nous allons tous partir danser. Là, en fonction de notre taux d’alcoolémie respectif, plusieurs options s’offriront à nous. Si on tient à peine debout et que le leadership de Maël fait effet, nous finirons au Globo pour danser sur du Patrick Sébastien. On va picoler comme des trous et tout faire pour être photographiés pour se taper des barres quelques jours plus tard quand les fameuses atrocités seront disponibles sur Facebook. Si Julien reprend le contrôle, il voudra à coup sûr aller à la Java pour une soirée intergalactique. Constance nous dira qu’on voit pas assez grand et qu’on devrait tous prendre un billet pour le pôle nord pour voir les aurores boréales. À l’heure où j’écris cet article c’est déjà difficile de choisir mais si je suis soûl en plus, ça risque de durer un moment.

À LIRE :   520 jours de randonnée pour découvrir l'Europe

Ce qui est sûr, c’est qu’on rentrera tous ensemblec’est une clause du contrat. Si nous sommes encore un peu vifs, nous mettrons Harry Potter, et on jouera à notre jeu de bourrés préféré : chacun choisi un personnage : Harry, Ron, Hermione et Vol de Mort/Dumbledore selon celui qu’on regarde. À chaque fois que ton personnage est cité dans le film tu dois boire. Ça tuerait même Depardieu.

bourre

Si on ne dort pas, on risque de finir au Mcdo à 11heures du matin et Constance aura oublié toute notion sociale lorsqu’elle trempera directement son burger dans un bol de mayonnaise recouvrant par la même occasion ses doigts de graisse, puis ses cheveux. Un classique.

Samedi, nous avons réservé dans un restaurant associatif espagnol à Porte de Clignancourt. C’est vraiment pas cher, bon et surtout, on peut boire jusqu’à 18h à la même table sans se faire emmerder. Il y a des vieux qui jouent aux cartes, c’est presque l’Espagne. Du coup, on va littéralement se péter le bide à coup de rouge et de tortilla. De quoi charger nos batteries. Vers 19h, retour à la maison pour l’apéro n°2. Là, pas d’excuses, on boit, c’est l’avant-dernier jour de l’année. Dès que Julien nous supplie de rentrer c’est que ce sera le moment de sortir. Direction la Belleviloise pour aller voir mon Dieu vivant sur terre, j’ai nommé Crazy BMembre de Birdy Nam Nam. Là je vous épargne les détails mais c’est sur, on fera la fermeture.

Dimanche, la fatigue se fera sentir et nous aurons besoin de Maël pour motiver les troupes. On va lui dire qu’il devrait se lancer dans la politique, il nous répondra qu’il préfère garder son intégrité. Julien dormira et Constance ce sera commandé 3 burgers sans faire exprès sur un quelconque service de livraison. Si elle n’a pas perdu sa carte bleue entre temps. Le soir, on se fait un bon repas de nouvel an et on enchaîne pour clôturer ce festival. Les prévisions annoncent à ce moment-là du weekend que Julien ce sera transformé en Garou après avoir fumé une cartouche en deux jours et que la bière aura un goût d’eau. On rejoindra nos autres potes – on en a – qui auront sans doute passé un weekend plus reposant et ce sera parti pour la dernière ligne droite. Apéro, décompte et BIM c’est le premier jour de l’année. On continue à boire puis on part en bande déambuler dans les rues pour croiser des gens bourrés. Là, le potentiel de Constance devrait faire son effet. Grâce à elle on va finir dans une énorme soirée, quelque part dans Paris, entourés de gens qu’on connait pas et on pourra s’inventer une vie. Notre passion.

Je sais pas à qu’elle heure on va rentrer ni si le gluglux clan sera encore rassemblé quand il faudra se dire au revoir mais ce que je sais c’est que moi j’serais pas bourré, et que si j’ai vomi c’est juste parce-que j’aurais mal digéré.

Happy nouvelle année.