À Cuba, un street-artiste risque la prison s’il n’efface pas ses oeuvres.

cuba

On est loin du « Cuba libre »

Depuis le début de l’année 2017, un street artiste vit le calvaire dans son pays. Vous avez sans doute déjà entendu parlé de Yulier Perez, un peintre connu pour avoir redonné de la couleur dans les quartiers abandonnés de la Havane. Si sa carrière commence à s’envoler à l’international avec des expositions partout dans le monde, chez lui, sa situation devient de plus en plus critique. Après avoir été obligé de fermer son atelier en avril – en vain – la police a décidé de frapper plus fort. Le 17 août dernier, Yulier Perez a été placé arbitrairement en détention. Il fut libéré le lendemain sous une condition : qu’il retire toutes ses oeuvres avant le 25 août. S’il ne respecte pas cette condition, l’artiste risque la prison. Rien que ça. À ce jour, Yulier Perez refuse toujours de se plier aux menaces de son gouvernement, mais il continue de subir quotidiennement intimidations et harcèlement.

cuba

Bien décidé à remporter la bataille, l’artiste n’hésite pas à évoquer dans ses interviews pour les médias locaux et internationaux, la situation dans laquelle il se trouve.  Ce qui déplait fortement à la police cubaine. Un bras de fer qu’il semble difficile pour Yulier Perez de remporter. Épaulé par Amnesty International, il tente tant bien que mal de faire entendre sa voix et de défendre ses droits. La police, elle, pourrait l’inculper pour « dangerosité » suite aux interviews qu’il a donné. Une atteinte à son droit de liberté d’expression mais surtout, un motif aberrant. Selon Amnesty, ce n’est pas la première fois que Cuba règle ses problèmes de la sorte : « Les autorités cubaines ont souvent recours à ces dispositions vagues et excessivement larges contre les défenseurs des droits humains et toute autre personne qui semble enfreindre les « normes de morale socialiste ». Les dispositions prévoyant de sanctionner des personnes non pas en raison de leurs actions ou de leur comportement, mais en raison de la possibilité qu’elles commettent dans le futur certaines infractions, enfreignent le principe de légalité. »

À LIRE :   Reuters : 30 ans d'Histoire en photo

Pour l’instant, aucune pétition n’a été créée pour aider Yulier Perez à éviter la prison.