La Colombie ne produira bientôt plus de cocaïne

Les plans de cocaïne vont être remplacés par des bananes et du café

En Colombie, depuis que le gouvernement a négocié un acte de paix avec les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC), différentes mesures ont été mises en place. La plus importante serait de réussir à éradiquer la culture de coca, base de la cocaïne.

cocaine

Le gouvernement colombien prévoit d’éliminer 50 000 hectares de cultures illicites cette année, pour mettre fin à 52 ans de conflit avec les FARC. Pourtant, la Colombie est le premier producteur mondial de cocaïne. Comment vont-ils faire pour ne pas que l’économie du pays en paye les conséquences ? Et surtout, comment les cultivateurs vont-ils faire face à ce changement ?

Plan de substitution

Pour le gouvernement, un plan de substitution est la solution. Les plans de cocaïnes seront remplacés par des plans de bananes, de plantains ou de café, tout dépendra des sols. «

Pour la première fois, la Colombie […] lance un plan qui offre une solution aux paysans planteurs de coca afin qu’ils la remplacent par des produits légaux », a déclaré le président Juan Manuel Santos.

Cependant, cette mesure n’intervient pas comme un choix, mais comme une obligation. Les producteurs seront certes subventionnés pendant un an, et bénéficieront aussi d’une assistance technique pendant deux ans, mais leur technique acquise ne leur servira plus. Au fil des années, ils se sont perfectionnés dans la culture de coca, ce qui leur a valu une production et des bénéfices plus importants. Aujourd’hui, ils sont obligés de tout reprendre à zéro.

À LIRE :   Medine est parmi nous
cocaine

Difficile à mettre en place

Mais le plan ne s’annonce pas simple à mettre en place. Alors qu’il devait débuter en 2017, il est reporté à 2018. « Le début de l’année a été plus lent que prévu. En dépit de signaux positifs venus des exportations, la faiblesse conjuguée de la consommation intérieure et de l’investissement ont pesé sur l’activité » note la Bancolombia dans son dernier bulletin. En même temps, faire éradiquer 50 000 hectares de coca n’est pas simple. Il faudra du temps et de l’argent pour que tout soit mis en place. Et ce n’est qu’une première partie qui est concernée.

« Cela va coûter plus de 1 000 milliards de pesos [environ 318 millions d’euros] cette année » a souligné Rafael Pardo, haut conseiller pour le post-conflit, les droits humains et la sécurité, lors d’une conférence de presse à Bogota.

Mais le pays de 50 millions d’habitants, déjà en difficulté, a eu besoin d’une aide extérieure. Les Etats-Unis ont répondu à cette demande en débloquant 450 millions de dollars.

Espérons que la Colombie ne s’endette pas plus qu’elle ne l’est déjà, et que ce plan de substitution ne mène pas les Colombiens à leur perte.