Revivez les premiers pas du mouvement hippie

The Summer of Love : l’été où est née la contre-culture hippie

Il y a 50 ans, le mouvement hippie voyait le jour. Entre drogue, amour et contestation : retour sur l’époque où tout semblait possible !!

summer

Mais le Summer of Love, qu’est-ce que c’est ? Un phénomène de contre-culture hippie. Ce mouvement s’est déroulé pendant l’été 1967. Près de 100 000 jeunes se sont réunis à Haight-Ashbury, dans les hauteurs de San Francisco. Leur but : défendre le non-conformisme et la liberté. Pour cette nouvelle génération, tout semblait possible.

Le commencement

En 1965, la guerre du Vietnam fait débat auprès des jeunes et Allen Ginsberg affirme dans une de ses chansons que les fleurs ont la capacité de désamorcer la violence. C’est à ce moment que la révolution hippie commencera à apparaître.

Lors du rassemblement Human Be-In, les vétérans de la scène beat ont en effet fraternisé avec les activistes de Berkeley ainsi que les hippies de Haight-Ashbury dans le fameux Golden Gate Park. Tous ont comme idée de combattre l’ère du conformisme, et d’instaurer celle de la libération. C’est le début du Summer of Love.

summer

L’été où tout semblait possible

Les journées étaient rythmées par les joints, le LSD, la bouffe gratuite et les concerts (l’époque parfaite !). Des fleurs et de les repas étaient distribués. Le bus avec lequel les Merry Pranksters roulaient, allaient même plus loin en donnant des doses de LSD à leurs compagnons de voyage. Et oui, ce n’était pas encore illégal ! On en sortait même avec des diplômes « d’acid test ».  Le morceau de Schott Mckenzie, « If you go to San Francisco », résonnait dans toutes les bouches. Des promenades, dans le fameux van volkswagen, étaient proposées. Des énormes concerts (40 000 personnes) avaient lieu. C’était une véritable révolution, c’était la naissance du « flower power » !

À LIRE :   Kaitangata ne connaît pas les joies du chômedu

Pour ces jeunes révolutionnaires, l’été s’est terminé le 6 octobre. Alors que tous étaient plongés dans un film muet, « Death of a hippie », les pompiers ont débarqués. Les flics avaient fait une descente anti-drogue. En effet, les bad trips se multipliaient dans le Golden Gate Park. Il était temps de quitter les lieux.

summer

Marqueur d’esprit

Cette période aura marqué l’histoire. Grâce à cette génération, les esprits ont changé. Boots Hughston, organisateur de concerts en hommage au Summer of Love affirme au journal Le Monde :

« Nous avons fait tomber des présidents, lancé tous ces mouvements : le free speech, l’écologie, le féminisme. Toute une génération s’est réveillée et s’est rendue compte qu’il y avait autre chose dans la vie que de rester toute sa vie assis à un bureau »

En évacuant le Golden Gate Park, les autorités pensaient mettre un terme à ce mouvement, mais ce n’était que le début d’une longue révolution. Aujourd’hui encore, l’esprit hippie perdure.

summer summer summer summer