Le Japon tout en couleurs de Mika Ninagawa

Une explosion de nuances flash

Son style, c’est indéniablement la couleur. Quand tu tombes sur une photo de Mika Ninagawa, tu reconnais immédiatement sa patte. Et son site annonce la couleur (sans mauvais jeu de mot). À peine arrivé dessus, tu comprends tout de suite ce que tu vas voir. L’une des seules photos en noir et blanc, c’est son autoportrait.

mika

Il y a parfois des personnages mis en scène, mais le plus souvent il n’y a rien. Ou plutôt rien d’autre qu’un focus sur quelque chose de précis que la photographe japonaise voulait que tu voies. Des fleurs souvent, des poissons rouges parfois aussi, des papillons, des feux d’artifice… Et quand elle a des modèles sous la main, elle les fait poser d’une façon qui ne change jamais vraiment, tout en restant étonnamment esthétique.

À LIRE :   Explosion de couleurs à Cape Town
mika mika

Née en 1972 d’un père homme de théâtre et d’une mère écrivain, Mika Ninagawa envisage aujourd’hui difficilement sa vie sans son métier. Reconnue sur le tard, elle a également signé deux longs métrages sur grand écran, Sakuran et Helter Skelter. Véritable touche à tout, elle participera aussi à l’organisation des JO de 2020. Amoureuse de la couleur, elle glisse toujours une fleur artificielle au milieu des fleurs naturelles en raison de l’importance qu’elle porte aux objets de l’homme. Elle a aussi travaillé pour l’industrie nippone de la mode, comme en atteste l’esthétique de ses photos.

mika mika mika mika mika mika