Hot Girls Wanted : Turned On ! Série choc sur l’industrie du X

Une exploration à 360° du porno américain 

Après un documentaire choc sur les coulisses du porno, véritable sensation au Festival de Sundance en 2015, Hot Girls Wanted se voit adjoindre le sous-titre « Turned On » et se transforme cette année en série de 6 épisodes sur Netflix. Les réalisatrices Jill Bauer et Ronna Gradus sont rejointes par l’actrice et productrice Rashida Jones (The Social Network, Boston Public, Parks and Recreation…) afin de poursuivre leur plongée dans l’industrie pornographique américaine.

Au départ, elles s’étaient intéressées aux jeunes débutantes dans le milieu du X, la façon dont elles sont recrutées (via Craigslist, une sorte de Bon coin version US), leurs trajectoires personnelles et les désillusions qui peuvent découler de leurs premiers tournages. Hot Girls Wanted frappait fort, attaquant au vitriol les rêves de gloire et d’argent facile qui incitaient ces jeunes filles de 18 ou 19 ans à débuter une carrière de performeuse.

hot girls wanted turned on

Grâce à Netflix, elles prolongent aujourd’hui leur documentaire via une enquête en 6 épisodes sur d’autres aspects du porno. En fil rouge, on trouve la manière dont internet a changé nos façons de consommer le sexe et plus largement comment cela affecte nos relations. Je ne vous apprend rien, avec les tubes qui fournissent des millions de vidéos gratuitement, les producteurs ont dû réaliser des films de plus en plus sensationnels pour compenser les énormes pertes financières. Les conditions de travail se dégradent et les filles acceptent des pratiques de plus en plus hard, avec violence et humiliation au programme !

À LIRE :   Eye Know : Quand Tokyo devient un Kaléidoscope géant !

hot girls wanted turned on

Du phénomène des Cam Girls en passant par la photographie pour adultes, on croisera également quelques têtes connues comme la réalisatrice et féministe Erika Lust, avec ses productions d’un tout autre genre ! Le principe est ici d’aller au-delà de l’image pessimiste qui a pu être reprochée au documentaire original et de voir toutes les facettes du milieu, afin d’avoir une vision claire et nette de l’industrie du X. Toujours aussi sobre et frontale dans la mise en scène, les réalisatrices persistent et signent une série sur la réalité de l’usine à fantasme de notre époque !

Publicités