Immersion dans l’intimité de chambres capsules à Tokyo

Des minuscules compartiments de vie

Séparés par un fin contreplaqué, les chambres ne contiennent ni porte, ni fenêtre. Seul un simple rideau sépare la vie privée des espaces communs. Lors d’un road trip au Japon, le photographe américain Won Kim a élu domicile quelques temps dans une auberge plutôt confortable selon ses dires, et surtout très économique. A 12$ la nuit, le prix défie toute concurrence dans la vibrante capitale tokyoïte.

Tokyo Tokyo

 

Deux années se sont ensuite écoulées, et Won Kim décida de retourner à Tokyo et habiter pendant plusieurs mois dans cet espace confiné, évoquant les hôtels capsules typiques en pays nippon. Il sympathisa avec ses voisins de chambrées et les photographia dans leur espace de vie. Dans sa série Enclosed : Living Small, il met en lumière la personnalité de chaque occupant en pénétrant dans l’intimité de leur chambre. Résidents plus ou moins temporaires, chaque espace, digne d’un sanctuaire, est unique, et varie du chaotique au simpliste. Des backpackers se reposant un peu avant la suite de leur périple, aux japonais désireux d’économiser de l’argent, les photographies sont à l’image même de Tokyo, cosmopolite.

Tokyo Tokyo Tokyo Tokyo Tokyo