Jusqu’où ira cette fascination pour le pénis ?

Y’en a que ça choque encore ?

Allez, jouons franc jeu : qui ne s’est jamais « amusé » à dessiner des phallus sur les cahiers de ses voisins en classe ? Qui n’a jamais répondu « comme ma bite » à une phrase maladroitement tournée sortie d’une bouche innocente ? Qui n’a jamais tracé les contours de sexes masculins sur des pare-brises enneigés du bout de son doigt prude ? Et celles et ceux qui, sur un coup de tête ou parce qu’ils étaient bourrés (surtout parce qu’ils étaient bourrés) se sont faits tatouer un pénis sur le corps sont plus nombreux qu’on le pense. Mais pourquoi donc une telle fascination pour l’attribut viril masculin ?

pénis

Open Minded t’a déjà parlé des cookibite (ou cookicul, à toi de voir mais c’est plus dur à dire), ces délicieuses pâtisseries du goûter des enfants en forme de choses qu’ils ne doivent pas voir. À quel moment un mec s’est dit qu’il allait détourner les cookies pour en faire… ça ?! Tout le monde aime les cookies, pas que les gosses !

Si c’est un mec, peut-être qu’il est fier de ce qu’il a entre les jambes. Du coup il l’expose partout. Mais si c’est une femme, le raisonnement ne tient plus.

pénis

Tout le monde (ou presque) le sait, Hitler était atteint à la fois d’hypospadias et de cryptorchidie. Puisque tu n’es pas médecin, voici ce que tu dois comprendre. Il avait non seulement une petite bite, mais en plus de ça le mec n’avait qu’une seule couille. Et longtemps des chercheurs se sont penchés là-dessus (sur la question hein) pour tenter d’expliquer les horreurs commises par le Troisième Reïch. En 2015, le sexologue Antoine Faix tranchait sur la question : aucun rapport entre un génocide et une petite bite (« Une cryptorchidie ne prédispose absolument pas à devenir un tyran sanguinaire. Elle ne peut en aucun cas expliquer la folie d’un homme, ses tendances sado-masochistes ou tout simplement un comportement sexuel différent ou inapproprié. […] En aucun cas, un appareil génital ne peut prétendre dire ce que vous êtes »). Au moins ça c’est clair.

À LIRE :   Qu'est-ce que le fast casual, tendance food qui séduit partout ?
pénis

À Bruxelles, un artiste s’était même laissé aller à dessiner des appareils reproducteurs sur les murs de la ville. Il devait drôlement avoir envie de le faire vu là où ils sont. Le pénis de Saint-Gilles (c’est comme ça qu’ils l’ont appelé) devait pourtant être effacé, aux frais du collège à qui appartient le mur, qui veut le faire repeindre par un autre artiste. Dans la capitale belge, une autre fresque avait été réalisée, représentant cette fois-ci un acte de pénétration. Celle-ci ne sera pas effacée.

Et puis après tout pourquoi pas ? Si ça se trouve cette mode du pénis a été lancée par un passionné de l’engin. On ne s’offusque pas devant quelqu’un qui, passionné par les voitures, les taguerait sur les murs de la ville. Alors pourquoi t’énerver parce qu’il y a une bite de dessinée sur le mur en face de chez toi ? You have to be open minded.

Mais si tu veux des explications plus terre à terre, n’hésite pas à rendre visite aux copains belges, qui ont posé la question à une psychanalyste.