La house made in South Africa

YFM, radio jeune qui popularisa la house sud-africaine

Créée à Chicago au début des années 1980 par Frankie Knuckles le Godfather of house, transformée en balearic beat sous le soleil d’Ibiza vers 85, débarquée sous sa forme Acid à Manchester en 86-87 amenant le summer of rave, la renommée de l’Haçienda et du Thunderdome ainsi que la démocratisation de l’ecstasy dans les teufs, la house music est un style musical ayant conquis l’ensemble de la planète bleue.

L’Afrique du Sud, la Rainbow Nation de par sa mixité sociale et culturelle. Le pays est principalement connu pour sa ségrégation raciale dénommée apartheid abolie uniquement en juin 1991, nation ayant accueillit son premier président noir : Nelson Mandela, le 10 mai 1994, mais ce qui est moins connu c’est qu’ici la house a émergé des townships. La house music s’y popularise au milieu des 90’s, à cette époque, elle est d’ailleurs appelée l’ « International » car il n’y avait pas de production house en Afrique du Sud, tout venait de l’étranger. Selon les régions elle avait différent noms dans le pays (certains persistent) : snari, tshimbi, namba, …

Ce genre musical n’a – contrairement à d’autres parties du globe – jamais été affilié à la subculture, à la culture gay ou à la drug culture en Afrique du Sud. Elle est considérée comme une dance music ayant le pouvoir de rassembler les individus. Selon DJ Maize elle s’est considérablement diffusée dans le pays grâce aux Six to Six, fêtes de rue typiques qui commencent à 18h et finissent à 6h du mat’ dans lesquelles sont installés de gros sound system et rassemblant amis, voisinage ou quiconque s’y retrouvant attirés par les décibels. Pour ces street parties nul besoin d’autorisation des autorités, seulement un accord entre le voisinage et la fête peut commencer.

YFM, station radio destinée aux jeunes adultes sud-africains a participé à l’émergence de la house en Afrique du Sud et à son style local, le kwaito. Ce genre hybride de house sud-africaine généralement plus lent mélange les rythmes et basses propres à la house music avec des samples de sons et chants africains assez typiques.

En 1997 est créée la station radio sud-africaine de la province de Gauteng (Pretoria et Johannesburg) Youth FM qui réussi à s’imposer comme la première radio jeune du pays. Elle participe directement à la promotion, à la diffusion et à la commercialisation de la house des Djs sud-africains dans le pays. Son principal atout est qu’elle avait les plus grands Djs du pays tel Oskido le cofondateur du label house Kalawa records, Khabzela (mort du SIDA le 12 janvier 2004), Greg Maluka, DJ Fresh ou encore le regretté Iggy Smallz (décédé dans un accident de voiture à Zeerust le 11 décembre 2004) qui officiait directement pour la radio et fondateur de son propre label « Smallz Sweet Sound ». Ces Djs avaient majoritairement grandi dans les townships, ces ghettos nés de la séparation raciale engendrée par l’apartheid, ils connaissaient ainsi les attentes de ces jeunes. YFM a joué un rôle cruciale dans la culture jeune du pays car les enfants des townships pouvaient écouter la musique qu’il leur plaisait sans avoir à acheter des disques.

Désormais les Djs sud-africains n’ont plus besoin de faire leurs preuves sur la scène internationale, on retrouve ainsi dans les plus grandes boîtes d’Europe certains Shimza, la deep house de Black Coffee ou encore Culoe De Song que vous pourrez retrouver le 24 février à la Machine du Moulin Rouge pour l’Open Minded Party X Greenroom.

Michel-Angelo

À LIRE :   Briefly Established meets Patrice Scott & Charles Webster