Tourbillon de couleurs avec Dasic Fernández

Street art dégoulinant de couleurs…

Dasic, ça rime avec poétique, magique, cosmique aussi. Ce graffeur originaire du Chili a donné de la couleur et de l’expression aux murs urbains du monde entier. Alors qu’il commence à bomber les murs de Rancagua (Chili) dès l’âge de 13 ans, il entreprend par la suite des études en architecture qu’il abandonne rapidement, et tant mieux! L’artiste street art ne pouvait pas s’ignorer plus longtemps: « Mon endroit préféré pour travailler, c’est la rue. C’est là que je me sens le plus à l’aise. C’est mon environnement naturel. » Une longue expérience récompensée: galeries à New York ou à Miami, le succès ne s’est pas fait attendre pour un style unique difficile à résister. Des murs qui prennent vie, voilà un challenge relevé.

À LIRE :   Comment faire chier tes collègues de bureau

Surréalisme, couleurs primaires à l’honneur, élans troublants, illusion, volume… Ces œuvres gigantesques en 3 dimensions donnent le tournis. Un tourbillon de couleurs mais pas que. Son thème de prédilection: le mouvement. Les personnages mis en scène donnent l’impression de se décomposer, comme sur le point de disparaître sous nos yeux, attirés par des forces cosmiques, invisibles et irrésistibles. On aurait presque envie de les suivre.

df df df df df df df dfdf df df df df
Publicités