En Bolivie et au Mexique, La mort vous va si bien

La mort : croyances et cultes en Bolivie et au Mexique

bolivie

En Bolivie, le début du mois de novembre est synonyme de fête en l’honneur des morts : c’est le jour des ñatitas, qui signifie « les petits nez plats ». Durant les premiers jour du onzième mois, les Boliviens exhument, baladent et surtout ornent les crânes humains gardés bien au chaud toute l’année chez eux, pour les amener ensuite au cimetière ou à la chapelle. La même tradition est observée dans d’autres pays où le culte de la mort est une source de bonheur.

Creepy, te dis-tu ? Oui, on est assez d’accord…! Mais aussi amusant et complètement insolite.
Plus de 10 000 personnes viennent au cimetière de La Paz, capitale de la Bolivie, accompagnées de leurs petits nez plats recouverts de fleurs, guirlandes, lunettes de soleil, foulards et autres accessoires dont la kitchitude n’est pas à remettre en question. Ainsi, selon la croyance traditionnelle aymara, ces crânes apporteraient aux habitants faveur et chance.

bolivie bolivie bolivie

Un peu plus au Nord de l’Amérique du Sud est obsrevée le même type de procession religieuse, notamment au Mexique. Là-bas, le 1 et 2 novembre a lieu El Dia de Los Muertos, « la fête des morts ». C’est une date sacrée en Amérique du Sud mais aussi du Nord depuis plusieurs milliers d’années, et vient des civilisations précolombiennes aztèques installées au Mexique. D’ailleurs, les mexicas aztèques considéraient que les âmes des guerriers pouvaient revenir sur Terre sous la forme d’un colibri, le 2 novembre précisément, dans le but de passer faire un coucou à leurs proches encore en vie. Sympathique !

bolivie
Tantawawa, les biscuits avec le tête de grand-mère dessus. Oklm

Et donc, pour fêter ce jour bien plus heureux que malheureux, les Mexicains préparent trèèèèèèèès longuement la cérémonie et les lieux destinés à accueillir les défunts.
L’apxata est l’autel préparé en l’honneur d’une personne décédée, par exemple, une grand-mère qui kiffait fumer des clopes et boire du rhum tout en jouant aux cartes avec ses copines, le grand smile aux lèvres. Sur l’autel que lui prépare sa famille se trouvent plusieurs éléments choisis soigneusement et avec beaucoup d’amour :
quelques photographies de la grand-mère, les objets qu’elle appréciait (comme des clopes et un jeu de cartes), et ses victuailles préférées (par exemple ici, du rhum).

À LIRE :   Guadalajara, le Mexique en une ville
bolivie
Calaveras, les confiseries en forme de tête de mort

On trouve aussi sur l’autel des mets préparés uniquement à l’occasion de la Fête des Morts :
des calaveras qui sont des confiseries en forme de têtes de morts colorées; un biscuit de 50 cm à forme humaine avec un visage en plâtre à l’effigie de grand-mère appelé le tantawawa; du sel et de l’eau pour la vie; beaucoup de roses d’Inde dont la couleur symbolise quelque chose de bien précis au sujet de la personne décédée; de l’encens, et des « pains des morts » .

bolivie
Un autel préparé en l’honneur de plusieurs membres de la famille, décédés.

À Los Angeles, les quelques 5 millions d’immigrés d’origine mexicaine pratiquent avec particulièrement beaucoup d’attention cette fête où l’autel le plus beau et le plus clinquant sera le mieux respecté. Pourtant, ce n’est pas forcément le cas au Mexique, où la tradition est identique mais les « créations » différentes. Les Mexicains organisent des défilés entre les cimetières à l’occasion desquels ils se déguisent, ils vont faire la fête dans les cimetières accompagnés de musiciens, ils boivent, mangent et fument sur les tombes dans des éclats de rire. Chaque famille prépare aussi de petits autels comme à Los Angeles, qui restent cependant à l’intérieur des maisons. Aussi, le 1er novembre est la journée dédiée aux enfants défunts, pour laisser place le 2 novembre aux adultes partis dans l’au-delà.

Contrairement à notre culture, les Sud-Américains ont un rapport très sain à la mort.
Pour eux, l’au-delà est synonyme de félicité, et le passage vers un autre monde est une simple étape qu’il est important de fêter dans la joie, le plaisir et surtout en famille ! Lors de la Fête des Morts, les Mexicains et tous ceux qui le veulent font en sorte de faire passer un bon moment à leurs proches décédés revenus sur Terre simplement quelques heures, pour qu’eux aussi se rappellent à quel point la joie d’être en famille est importante.

Source : Vice

Leçon du jour : take it easy !