Les vestiges du passage d’Oscar Niemeyer au Liban

Les ruines du rêve de Niemeyer

Oscar Niemeyer, le père de l’architecture moderne est connu pour la construction de Brasilia et le siège des Nations Unies à New York. Si ses projets sont considérés comme visionnaires et futuristes, il ne faut pas oublier que l’architecte brésilien est passé par le Liban en 1962 et y a laissé un héritage architectural.

C’est proche du port de Tripoli au Liban que l’on peut trouver les vestiges du passage d’Oscar Niemeyer. En 1962, il est invité par l’État libanais à concevoir un site qui accueillerait la foire internationale dans ce qui est à l’époque la deuxième ville du pays. Cependant, la construction s’arrête en 1975 avec le début de la guerre civile.

niemeyer tripoli

Le site s’étend aujourd’hui sur une dizaine d’hectare et malgré l’occupation et les conflits avec la Syrie dans les années 70-80, le lieu est quasiment resté intact. La ville organise aujourd’hui des excursions pour les touristes mais peu de chances que les travaux  reprennent un jour bien le gouvernement libanais ait nettoyé les lieux dans les années 1990 pour le rendre plus accessible.

À LIRE :   David Lynch aime le nu et l'expose dans une sublime série photographique
oscar n

Il est bien étrange de trouver des vestiges d’architectures futuristes au Liban. Le pays est en effet depuis plus de 40 ans le théâtre d’affrontements et de conflits armés résultant de l’instabilité politique de la région. Cependant, le tableau ne fut pas toujours aussi noir pour le Liban. Dans les années 60, le pays était le centre intellectuel et culturel du monde arabe et on y trouvait aussi bien des écrivains, cinéastes et artistes que la jet set européenne.

oscar N

Pour la construction de la foire du Port de Tripoli, Oscar Niemeyer a fait ce qu’il sait faire de mieux. Privilégier la forme au fonctionnel, apporter une vision nouvelle et créer un lieu pour le futur. On y trouve donc un restaurant au sommet d’une tour, un héliport, un théâtre en plein air, un dôme sonore expérimental, une salle de congrès et des logements. Aujourd’hui, ces bâtiments imposants demeurent à l’abandon et pratiquement en ruine. Ils sont les vestiges du rêve de Niemeyer.

 

tripoli

 

160721105049-niemyer-super-169

 

160714172258-tripoli-oscar-niemeyerl1010825s--jane-kim-super-169

 

160714172040-tripoli-oscar-niemeyer-helipad-lebanese-pavilion-and-dome-r-to-ls-jane-kim-super-169

 

 

 

 

 

Publicités