« Faites l’amour, pas la guerre » : la nouvelle campagne AIDS

2067060-campagne-aides-euro

AIDS lance sa nouvelle campagne pendant l’Euro

A l’occasion de l’Euro 2016 (paix à nos coeurs attristés), l’association de lutte et de prévention contre le SIDA, AIDS, a décidé de surprendre les fans de football avec une nouvelle campagne signée TBWA/Paris. «Faites l’amour, pas la guerre» est donc le slogan qui orne cette campagne d’affichage volontairement provocatrice. Sur ces affiches figurent des couples hétérosexuels mais également homosexuels peints aux couleurs d’équipes participant à la coupe de l’Euro. Chaque couple «bodypainté» a également la trace sur lui d’une relation sexuelle.

campagne aides

Photographiée par Eric Traoré, la campagne d’AIDS célèbre la valeur universelle de l’amour et rappelle l’importance de se protéger du VIH et autres maladies. Pour rappel des chiffres, 30% des personnes séropositives ignorent encore être porteuses du virus et 142.000 nouveaux cas ont été diagnostiqués en 2014. «Cette campagne mise sur la fraternité entre les peuples et la célébration des sexualités», explique Aurélien Beaucamp, président de AIDS. «En cette période marquée par toutes les formes d’intolérance, un peu d’amour et de légèreté ne peut faire que du bien. Visiblement, certains confondent compétition sportive et fièvre nationaliste : cette campagne, fidèle à l’esprit décalé et provocateur de AIDS, est la meilleure façon de leur répondre».euro-2016-aides-rappelle-que-malgre-la-fete-le-sida-guette

À LIRE :   Vivre d'amour et d'eau fraîche: l'Amérique authentique

Mais cette campagne va plus loin qu’un simple message de prévention. En misant sur la fraternité entre les peuples et la célébration de toutes les sexualités, AIDS reste fidèle à son état d’esprit décalé et provocateur. « Ce message a pris d’autant plus de sens au regard des évènements récents », commente Aurélien Beaucamp, président de AIDS. « Visiblement certains continuent à confondre compétition sportive et fièvre nationaliste : cette campagne est la meilleure façon de leur répondre. Un peu d’amour et de légèreté dans un contexte marqué par le retour des tentations réactionnaires, ça ne peut faire que du bien », conclut Aurélien Beaucamp.