24h à Edimbourg malgré moi

Edimbourg

Episode 1 : Edimbourg

« Bienvenue sur Narvalo Airlines, nous sommes désolés de vous informer que votre vol à destination des Bahamas est retardé de 24h. Nous devons faire halte à Edimbourg. » Je sens déjà que mes vacances vont s’avérer compliqué. Adieu plages paradisiaques, bonjour la grisaille.

Voyager en Ecosse ? Et bien oui, soyons fous. Barcelone et Berlin sont déjà complètement has been et trop de soleil engendre des cancers de la peau. Edimbourg est une ville pluvieuse et la plupart du temps grise mais les chaleureux écossais couplés aux pintes de bières rendent la ville supportable.

C’est parti pour 24h de tourisme à Edimbourg !

Le soleil m’aveugle à la sortie de l’avion. Non je déconne, la pluie martelant les hublots me déprime d’avance. La bouche pâteuse, il me faut mon petit kawa matinal. Deux options, soit je me la joue magicienne en herbe et je fonce au café The Elephant House, célèbre endroit où J K Rowling a écrit les aventures du célèbre sorcier. Soit je me la pète avec un vrai bon café dans un lieu plus branché chez Artisan Roast, torréfacteur indépendant. On a ici affaire à des connaisseurs et on est au moins sûre de ne pas se faire emmerder par la clique des fans du binoclard, j’opte pour cette solution.

Edimbourg

Un coup de canon sourd me fait sursauter. On m’apprend que c’est le célèbre One O’clock gun. Un militaire qui ressemble en plus au Prince Harry, tire un coup de feu quotidien depuis le château d’Edimbourg à 13h pile. Ce signal sonore rappelait jadis aux marins d’ajuster leur chronomètre. Les Ecossais auraient donc inventé avant l’heure l’horloge parlante.

Edimbourg

Après cette belle frayeur, mon ventre crie famine. Je veux connaître le meilleur restaurant typique du coin. J’interroge un Ecossais mais son accent à coupé au couteau ne m’aide pas. Google est mon ami et je trouve enfin l’adresse parfaite. Chez Mum’s Great Comfort Food, je commande une tourte aux champignons et une bière du coin. Je ne suis pas assez aventurière pour tester le plat traditionnel écossais, le haggis, ou panse de brebis farcie.

Edimbourg

Le temps a l’air clément. Une énorme colline se dresse devant mois. Je me transforme en Lara Croft escaladeuse et décide de monter au Arthur’s Seat à 251 mètres d’altitude. Situé sur Holyrood, cette colline était autrefois le lieu de chasse préféré de la famille royale et aussi un ancien volcan actif. La vue panoramique au sommet est quelque peu gâchée par le temps qui se gâte. Je redescends encore par les escaliers pentus et trace à travers le centre ville pour me réfugier dans un abri chaud et sec.

Edimbourg

Je ne suis pas encore sous l’emprise d’alcool et n’hallucine pas quand j’entre dans le musée d’illusion d’optique. Mes yeux me jouent bien des tours : miroirs déformants, effets d’optiques hallucinants, labyrinthe de glaces, je m’éclate comme une gamine et ressors ravie et sans avoir vomi.

Edimbourg

Le soir venu, je me règle à l’heure locale et entame un pub crawling avec les locaux. N’importe quel bar fera l’affaire.

Le lendemain matin, pas le temps d’aller voir la mer et le quartier de Leith, célèbre pour les junkies de Trainspotting, je dois déjà me rendre à l’aéroport, un peu triste de devoir quitter si précipitamment l’Ecosse.

En espérant cette fois ci arriver à bon port.

Affaire à suivre…

 

Solenn Cordroc’h