La presse française dit « Stop » aux bloqueurs de pubs

la presse française

La presse française contre attaque

On le sait tous, la presse est en crise – saloperie d’internet -, du coup pour faire des sous, les sites d’informations comptent énormément sur la publicité.

Seulement, nous la pub, ça nous emmerde. Devoir se taper la dernière pub Renault pendant 1min30 – dans laquelle on se demande où ils sont allés chercher leur créa – pour pouvoir avoir accès à un article qui nous prend 38 secondes à lire franchement, le rapport coûts/avantages est vite fait.

C’est là qu’Adblock intervient. Notre sauveur. Chargé de filtrer les contenus des pages web, et particulièrement les bannières publicitaires, Adblock a réussi à nous libérer de cette plaie que de mater des pubs pour un oui ou pour un non.

Néanmoins, nous ça nous arrange mais les sites internet pas vraiment. Du coup, pour nous inciter à débloquer cette bête noire, il est de plus en plus fréquent de trouver des messages du type : « 20% de nos lecteurs bloquent nos publicités. Nous tenons à vous informer que la publicité est notre principale source de revenu. Elle permet de rémunérer les auteurs, journalistes, designers, ingénieurs et toutes les équipes qui travaillent activement à vous informer chaque jour » – sur le site du parisien.

À LIRE :   Le bar tabac, ce pilier de notre société menacé

Initié par le Geste (Groupement des Editeurs de Contenus et Services en Ligne), le but de la manœuvre était de sensibiliser les internautes contre l’usage des bloqueurs de publicités durant une semaine. Selon l’Express : « 1. La publicité est une nécessité si vous souhaitez continuer à consulter gratuitement une partie de nos contenus. 2. Les adblockers ne sont pas des anges. Ils laissent passer certaines bannières ou lèvent les barrières sur certains sites moyennant rétribution, tout ça dans la plus grande opacité. »

Certains sites appliquent cette « décision » que partiellement, laissant les internautes lire leurs articles pendant que d’autres bloquent carrément l’accès.

Aujourd’hui, près d’un français sur quatre utilise un bloqueur de publicité. Du coup, si vous nous aimez bien, soyez sympa, bannissez (un peu) Adblock sur Open Minded et pour les autres, bah à vous de voir.

la presse française
Publicités