Graham Fink : démolitions urbaines et street art à Shanghai

graham fink

Graham Fink explore Shanghai, entre ruines de bitume et street art

Le photographe britannique Graham Fink a réalisé une série portant sur la ville chinoise de Shanghai. Des images entre passé et avenir.

Une vieille photo polaroid qui traîne dans ton grenier depuis 10 ans, une tache d’encre sur un mur, ta danse de la victoire, ta poubelle ou ton dressing… l’art est partout, tout le temps, et tu n’en as parfois même pas conscience. Mais si tu n’as jamais réussi à tirer parti de tout ce potentiel – et Dieu sait qu’il est impressionnant – d’autres y arrivent, et même très bien. Tu ne les connais pas ou tu en as vaguement entendu parler; dans les deux cas, Open Minded est là pour que tu restes à la page, et que tu deviennes l’expert en art que tout le monde s’arrache. Aujourd’hui, on se penche sur l’artiste Graham Fink, et plus précisément sur l’une de ses séries portant sur la Chine urbaine.

Graham Fink est un artiste aux facettes multiples, s’adonnant tantôt à la photographie, tantôt à la peinture, mais également au dessin et au cinéma.

graham fink

C’est durant cinq années que le photographe a décidé de documenter la ville, et plus particulièrement des sites en cours de démolition à Shanghai. Soit dit en passant, il s’agit de la plus grande ville au monde au niveau de la population. La série nous montre un monde en évolution constante, entre urbex et street art. Ce Shanghai qui est mis en avant laisse de côté le passé et ses échos communistes, pour construire, petit à petit, un futur de béton. Cette série donne lieu, et ce depuis le 1er février 2016, à une exposition à Londres à la Riflemaker gallery.

graham fink graham fink graham fink graham fink graham fink

Et pour découvrir de plus près tout l’univers artistique de Graham Fink, c’est par ici : www.grahamfink.com