J’ai plaqué ma vie d’hipster pour devenir un yuccie

YUCCIE

Ancien hipster, j’ai décidé de devenir un yuccie

Nous avons rencontré Thomas dans un café, ancien hipster, il a décidé de nous parler à visage découvert de son incroyable transformation : « Tout plaquer pour devenir un yuccie, c’est exactement ce qu’il s’est passé. J’espère que tous les hipsters ne se sentant plus bien dans leur peau, pourront se dire en lisant mon témoignage, qu’il existe une porte de secours… ».

Quand Thomas arrive devant le café, dans lequel on s’était donné rendez-vous, c’est sa joie de vivre que nous remarquons en premier. Mais il nous racontera plus tard que ça n’a pas toujours été ainsi : « Je vivais dans un mensonge permanent, quand j’ai annoncé la nouvelle à mes amis ils n’ont pas compris. J’ai toujours porté un bonnet, même en été ».

YUCCIE

La décision de changer totalement de vie lui est apparu un jour, où il cherchait comment s’habiller pour aller rejoindre ses amis au Bagelstein : « J’en avais marre de cacher mon identité à chaque fois que je sortais avec mes amis, ce jour-là j’étais bien décidé à leur annoncer qui j’étais réellement, un yuccie ».

« La première fois que j’ai su que j’étais un yuccie, c’est en lisant un article intitulé « Hipster c’est fini, vive les yuccies« , je me suis alors reconnu dans la description. »

Thomas nous explique qu’il n’a pas tout suite adopté le look yuccie par peur d’être jugé, mais le poids du mensonge était trop lourd…

« Quand j’ai rejoint mes amis, je me suis habillé en conséquence, j’ai retiré mon bonnet, j’ai mis du gominé sur mes cheveux et j’ai mis une chemise blanche plutôt que celle à carreaux ».

YUCCIE

Et sa transformation ne les a pas laissé indifférents, lorsqu’il est rentré, Thomas nous explique que ses amis ne l’ont pas tout de suite reconnu. Il a dû leur montrer sa carte d’identité pour enfin être reconnu par ses amis d’enfance. « Lorsqu’ils ont vu ma carte d’identité ils étaient en pleine confusion, ils m’ont demandé pourquoi j’étais habillé comme ça, où était mon bonnet ? »

À LIRE :   Vous pensez avoir testé la weed sous toutes ses formes ? Pas sûr.

Il leur a alors expliqué ce qu’il ressentait au plus profond de son cœur, et c’est ainsi que ses amis lui ont conseillé de faire appel à un site de crowfunding afin de trouver des fonds pour terminer sa transformation et être « celui que j’ai toujours été, un yuccie ».

C’est très ému que Thomas nous explique qu’il a reçu beaucoup de soutiens, d’anciens hipsters qui comme lui sont devenus yuccie « Je me suis rendu compte, que je n’étais pas seul, beaucoup de gens ont vécu la même chose que moi ».

Il a ainsi récolté la somme de 1000 euros, de quoi « acheter des chemises de toutes les couleurs, et motifs différents. S’il m’en reste un peu, j’irai chez le barbier ».

Le jeune homme, nous explique que pour suivre son changement de vie jusqu’au bout, il a décidé d’ouvrir un café où les produits viendraient uniquement du commerce équitable, « J’ai toujours voulu le faire, mais avant, il fallait que je sois en harmonie avec moi-même. Maintenant que je suis devenu un yuccie, c’est le bon moment ».

Avant de partir, Thomas nous donne sa recette du bonheur, « être un yuccie, manger des graines et ne se déplacer qu’en vélo, c’est ça pour moi, le bonheur. » Et quand on lui demande quelle est la différence avec être hipster, il nous répond « Un hipster ça mange des graines, ça fait du vélo ! Mais un yuccie, ça fait du vélo et ça mange des graines, ce n’est pas pareil ! ».