Comment ? Qu’est ce que j’entends ? De la drogue au Festival de Dour ?

  dour

Une opération anti-drogue et la redescente fait mal pour les festivaliers de Dour

Stupeurs et tremblements pour le Festival de Dour : une opération anti-drogue a été rondement menée par la police à l’ouverture de l’événement et toutes les voitures contrôlées contenaient des stupéfiants.

A l’heure où le seul moyen de s’amuser pour une génération accro au son et aux sensations décuplées reste les paras de MD, les rails de coke et les éternels pilons qui t’envoient planer assez loin pour oublier ton existence merdique – qui va, honnêtement jouer la carte de la surprise ? Personne, pas même le dernier des puritains qui s’est, un jour, demandé ce que ça faisait de sortir de son esprit étriqué.

dour f

Bon. Revenons à Dour, au rond-point où un cortège privilégié attendait les festivaliers gais comme des lurons à l’idée d’arriver en fin dans le temple de la bonne musique, de la bonne franquette, de la bonne ambiance.

Pendant cinq heures, plus de 50 policiers et 6 maîtres chiens ont arrêté toutes les voitures qui venaient à Dour. L’année dernière, un festivalier est mort d’une overdose et cette année, les autorités ont décidé de montrer qu’ils avaient retenu la leçon et que le festival n’était pas un repère à drogués, jamais – bien sûr.

dour festival

Résultat de la manoeuvre, toutes les voitures contrôlées contenaient de la drogue : LSD, ecstasy, champignons hallucinogènes, truffes, weed, coke...jusqu’au moment où la solidarité entre festivaliers a prouvé aux policiers, aux chiens et à la jurisprudence qu’elle était plus forte que tout. A force de bouche à oreille, les voitures étaient de plus en plus clean et la drogue volatilisée.

À LIRE :   Electro Alternativ, le festival qui va retourner Toulouse

Après ce premier contrôle plus que concluant, la police a dressé 82 procès verbaux (selon Sud Presse) – sur les 200 000 festivaliers prévus, faut avouer que c’est pas de chance – mais le message est clairement passé sur la pelouse du Dour : cette année, c’est tolérance zéro – il va falloir rester discrets.