[BON PLAN ]Introvertis du web:déconnecte toi et marche !

google-facebook-big-brother

Déjà adepte du normcore, rejoignez dès à présent les introvertis du web ! Une tendance ludique qui vous réapprend la pudeur et surtout à faire moins con.

Parlons un peu de moi. Toi très cher lecteur qui ne me connaît pas, tu vas devoir supporter mon quart d’heure narcissique. Pourquoi cet élan de mégalomanie pensez-vous, et bien tout simplement parce que j’ai quelque chose à partager. Qui plus est, quelque chose de tellement profond, qu’à la fin vous ne comprendrez pas pourquoi vous avez mal au crâne.

Comme tout le monde, je suis inscrit sur Face de bouc, l’autre réseau social avec le piaf bleu et d’autres comptes auxquels je n’ai plus accès ayant oublié mes ID. Je suis comme vous, à peu de chose près que je n’y publie rien. Je fais comme qui dirait mon étoile de mer. Certes j’observe, je suis, je like, le tout sans grand intérêt, juste histoire de montrer un semblant d’existence virtuelle et par la même occasion réelle. Et c’est là le premier bug dans la matrice : virtuel et réalité sont désormais indissociables. Pas de profil ? T’es un naze, j’te l’dit direct. Mais je ne vous apprends rien de nouveau.

Là où se cache la news, c’est qu’être une ombre sur la toile n’est plus passible d’exclusion auprès de tes potes. Au contraire, les omniprésents, un peu nerds sur les bords sont une cible de prédilection pour les voyeurs comme moi. Prenez-le dans le sens que vous voudrez, mais le fait est que j’aime espionner mes contacts FB. Les gens adorent tellement se mettre à nu (dans les deux sens du terme) qu’ouvrir son fil d’actualité devient presque une corvée, un peu comme quand c’est à ton tour de nettoyer la cuvette des chiottes après une soirée. Y a les fées du logis  et ceux qui préfèrent demander à leur mère. Faut que tu t’y fasses baby doll.

À LIRE :   FACEBOOK, ce hunger game 2.0

Chaque jour est un combat. Il faut traquer les nouveaux couples et leurs photos de vacances à Marrakech (destination qui doit regrouper tous les glandus sans grande ambition), faire le tri dans ses « amis » en fonction du nombre de fôtes d’ortograffe (là c’est fait exprès bande de glands) par lignes et tenter par tous les moyens de détruire toutes les identifications chelous et restes de soirées que tes « amis » ont tenu à partager à tout prix avec ton patron. Ma vie n’est pas un long fleuve tranquille, loin de là. Mais je prends tout de même mon rôle d’espion très à cœur quitte à faire des fiches avec les plus belles réflexions sur la vie et l’amuur.

Les répliques cinglantes fusent dans ma caboche, telles des chevaux de Troie. Ma couardise et, parfois ma morale, m’empêchent pourtant d’écrire ce commentaire qui, je sais d’avance, soulèvera une vague de posts plus inutiles les uns que les autres, étant donné que je suis Dieu (puissant, invisible et je m’en-foutiste) et qu’on ne contredit pas Big D. Non seulement à mes yeux il s’agit d’une dépense d’intelligence inutile, mais en plus il est hors de question que je laisse mon savoir à la portée de like d’aux truies (ptite dédi à toi Stéphane de Groodt).

i-am-watching-you-bitch

Bref j’ai un jour dit stop à la compétition sociale et mesure ma satisfaction au nombre de commentaires dégueulasses que je peux faire en deux minutes sur vous autres drogués du hashtag. Loin d’être déprimé par l’extraversion des plus riches en clics, je suis fier de dire que je suis un véritable ninja qui n’a pas peur de se dissimuler aux yeux des likables. Like a sir, je suis, je suis … l’introverti masqué !