Super méchants : ces monstres pas si monstrueux

Youtube Follow Openminded

Voldemort laugh lol

Quand les super méchants perdent leur crédibilité (et leur froc)

Dans le cinéma, n’est pas Joker qui veux. Alors que le regretté Heath Ledger est encore considéré avec Jack Nicholson comme un des plus grands méchants, les plus complexes et effrayants de l’histoire du Cinéma, il y en a d’autres qui… se sont sincèrement ratés. Voici 5 des choses que les studios ne doivent pas oublier lorsqu’ils choisissent leurs méchants.

Dans une petite pause du midi de 16h comme on les apprécie, café en main et tagliatelles à ma droite, je décide de me faire une petite séquence matage de vidéos YouTube comme je les aime. Et comme je ne suis pas original et que je n’ai pas non plus envie de me prendre la tête, j’ai décidé de faire voyager mon esprit fatigué par ces nombreuses heures de travail acharné (si vous ne me croyez pas, je vous rappelle que je suis stagiaire) dans les profondeurs insondables et les abysses mentales du groupe de vidéos qui n’ont d’égales que les réactions d’un paranoïaque religieusement psychotique et maladivement  superstitieux un vendredi 13 sous une échelle à 6h66 du matin (bah quoi ?).

homer_monkey_think_brain
Cerveau d’un stagiaire pendant la pause repas

Me voici donc tombé, entre les bandes annonces de l’attaque des poulets géants et des films épiquement ratés dignes des créatifs en manque d’inspiration les plus bourrés de l’histoire, devant la fameuse vidéo du rire de Lord Voldemort aka Ralph Fiennes dans le dernier volet de la saga Harry Potter. La question qui frappe, c’est comment un méchant, un seigneur des ténèbres qui plus est, a pu tomber aussi bas ?

Dans une poussée soudaine d’inspiration, j’ai donc décidé, d’un commun accord avec moi-même (?), de faire ce qui me semble juste pour les futurs réalisateurs qui nous regardent (enfin, j’espère) : montrer les éléments indispensables qui font qu’un super méchant est totalement crédible… ou pas.

Les 5 raisons qui font que ton super méchant devient aussi méchant que Casimir à la saison des amours :

Numéro 1 : LA VOIX

Inutile de vous le cacher, voici un des méchants du cinéma qui m’énerve le plus (notamment à cause du potentiel effrayant qu’il avait dans le livre et qui aurait pu être exploité). Ralph Fiennes, tu es un acteur génial, mais… C’EST QUOI CETTE VOIX ?

Dans le registre voix « inappropriée », Xerxès de 300 en avait une… à l’inverse.

Les mecs… Trop grave sur un corps de crevette, ça marche pas non plus !

 

Numéro 2 : L’HUMOUR

Ah, la blague du crayon à papier qui disparaît, by Heath Ledger aka le Joker, nous manque terriblement. On ne s’étendra pas non plus sur le délire de Batman & Robin, partant du principe que l’une des premières paroles de Batman à l’encontre de Schwarzy est un merveilleux « Freeze, t’es givré ! ». Il n’empêche que les punchlines des super méchants peuvent être mortelles… pour les spectateurs bourrés.

 

Numéro 3 : LES EFFETS SPÉCIAUX

Parce que deux Casimirs géants qui se battent, c’est juste super mignon. Imaginez le choc des titans, dont l’intérêt (oui, oui, j’ai bien dit intérêt, flagellez-moi !) ne réside que dans les quelques effets spéciaux perdus au milieu de la pauvre brousse cinématographique. Enlevez ces fameux effets spéciaux : vous obtiendriez sans doute la même chose, à savoir des titans bien peu crédibles.

 

Numéro 4 : LES CRÉATURES

« Les rongeurs de l’apocalypse » : Oui, la MGM a osé faire ça. Un film avec, non pas des requins, des moustiques, des pieuvres, des mouches, ni même des grenouilles ou des poulets, mais… des lapins géants carnivores. Désolé, mais non.

Dans le même registre (si ce n’est encore pire) des créatures à NE PAS UTILISER en tant que méchants au cinéma, la belette sociopathe du film « Weasels Rip My Flesh » de Nathan Schiff. Ou quand même l’histoire est moins effrayante que l’absence d’effets spéciaux.

 

Numéro 5 : LES COSTUMES

Batman 1966

Parce qu’avant Nolan, avant le Joker d’Heath Ledger, il y a eu pas mal de tares dans les costumes auparavant. La série Batman de 1966 est célèbre entre autres pour ces costumes réellement… effrayants.

Ce qui est probablement le pire, dans les exemples donnés, c’est que les différents méchants survivent bien trop longtemps pour passer inaperçus. Alors qu’un monsieur aussi génial que Gary Oldman dans True Romance meurt aussi promptement que son abomination sadique est atroce.

Mais en même temps, si quand ils meurent, ils nous font du Cotillard… Mieux vaut les laisser tels quels ! Oubliez vos neurones deux minutes, et riez un peu.