LE PIGEON À 300 000 DOLLARS

Le pigeon à 300 000 dollars !

La nouvelle bourgeoisie chinoise n’investit pas que dans les chevaux de course, les voitures de sport et les montres de collection hors de prix. Les classes supérieures chinoises semblent rendre hommage aux intrépides entrepreneurs de l’économie souterraine qui ont développé l’économie de marché en misant sur la pire espèce de tous les temps : le pigeon. Les pigeons de course sont la nouvelle vache à lait des spécialistes, qui se les échangent pour des centaines de milliers d’euros avant de les faire s’affronter dans des courses interminables.

Et parce qu’on sait que les pigeons (voyageurs) ça vous intéresse, voici quelques infos en plus :

Le pigeon voyageur est une race d’oiseau de l’espèce du Columba livia spécialement sélectionnée pour effectuer des voyages afin de transmettre des messages et dont les déplacements constituaient un vecteur de communication courant — et considéré comme très fiable — jusqu’à la fin de la Première Guerre mondiale. Les éleveurs sont lescolombophiles.

Le routage n’avait pas toute la flexibilité désirée :

  • un pigeon ne sait faire qu’une chose, c’est retourner vers son pigeonnier ;
  • on gardait donc dans chaque pigeonnier des espèces appartenant à un autre pigeonnier, pour pouvoir envoyer des réponses éventuelles ou accusé de réception ;
  • mais pas trop longtemps non plus, car il ne faut pas que ce pigeon finisse par considérer ce nouveau pigeonnier comme le sien.

Cela restait tout de même pour les troupes un moyen efficace de remonter des messages à l’état-major sur la situation du terrain

  • sans grand risque d’interception (  plus difficile à viser qu’un ballon) ;
  • sans grande ponction sur les ressources ( léger à emporter, et facile à nourrir) ; dans un silence total de fonctionnement (par rapport à un avion, par exemple), d’où discrétion ; de façon presque invisible : comment distinguer en plein ciel un pigeon militaire de ses confrères sauvages ? (source wikipédia)
    oiseaux 300 000 dollars
    une envolée

    La suite sur Vice !