Les peintures dingues d’Antoine Bertrand

Quand le graff rencontre l’art Japonais dans les œuvres d’Antoine Bertrand.

Féru de BD et de street-art, Antoine Bertrand fait ses classes en Belgique à l’institut St Luc de Bruxelles où il se spécialise en bande-dessinée. Il en ressort avec des pinceaux aiguisés et une technique affirmée.
Il réalise sa première expo solo en 2011 à Paris , chapeauté par la galeriste Vanessa RAU (spécialisée en art et antiquités japonaises) qui lui donne carte blanche et lui présente les artistes japonais qu’elle expose régulièrement.
Il est alors le seul français exposé dans sa galerie. S’en suivent voyages et expositions au Japon et en Corée où il apprendra chaque fois plus auprès de ces artistes, dans leurs ateliers. Autant de séjours qui influenceront son Art, l’orienteront vers de nouvelles techniques, de nouvelles formes d’expression. Il y découvre le travail de la soie, de l’encre…

Antoine Bertrand repousse même les limites de l’art, utilisant le sabre pour ses peintures murales.

Réalisés maison avec son père et dérivés du couteau à peindre, ces armes deviennent outil de travail, texturisent la matière. Le geste comme une catharsis.
Il s’en sert pour la première fois en 2015 pour réaliser un mur. Et si une image vaut mille mots, il est toujours temps
d’aller voir son travail, actuellement exposé à Versailles à l’occasion du nouvel event de Quai 36, incubateur d’art urbain.
RÉENCHANTER LA VILLE
3, avenue de Paris
78000 Versailles
Merci Amélie.
À LIRE :   L'existence des hikikomoris, une vie de réclusion