Est ce que le travail c’est vraiment la santé ?

Le travail c’est la santé ? Permettez moi d’en douter !

Alors je ne sais pas pour vous mais le confinement fut personnellement le moment le plus calme de ma vie. Je m’explique. J’ai comme vous tous, tous les mois, des problèmes avec ma banque, mes dépenses, mes sorties, mes addictions, enfin bref, je suis un être humain mal programmé… Sauf que pendant ce confinement je n’avais plus aucun de ces problèmes. Je ne payais que mon loyer, puis ma bouffe puis j’étais à découvert, les banquiers ne m’appelaient même plus et aucun clients ne me stressais pour rien.

En gros, pas de patrons qui m’appellent pour un article en retard, pas de réveil qui sonne après une cuite où il faut courir sous la douche, d’ailleurs plus de cuite du tout … Un monde calme. Je ne suis pas pour un monde sans rien branler, attention! Je serai le premier à devenir complètement fou, mais pourquoi pas un monde différent ?

Un monde ou le travail ne s’organise pas en horaire de rendu, où tout n’existe pas sur des deadlines, où on stresse pas le N+4 qui déverse tout sur son inférieur hiérarchique jusqu’au dernier qui prend tout dans la gueule… Bref un monde d’être humain vrai.

À LIRE :   Pablo Escobar entre crime et légende
@Pixabay

Du coup, on ne serait plus dans la surproduction d’idées, de concepts, de produits tous déjà utilisés, mais on prendrait le temps de réfléchir, de vraiment réfléchir. Quels sont les besoin de notre planète, de notre société, des citoyens autour de nous. Ces personnes ont-ils réellement besoin de 70 marques de shampoings et après shampoings ou de 200 pubs télé différentes pour ces mêmes produits ? Pourquoi ne pas travailler avec des groupes pour changer nos villes, aider nos voisins installer des serres sur tous les toits où c’est possible.

@Pixabay

Je ne suis pas un hippie ou un idéaliste/utopiste, juste une personne comme vous qui se demande si demain pourrait être différent sans en avoir vraiment la réponse. Ravi d’avoir pu en discuter virtuellement avec vous en tout cas.