Discussion avec Azamat B, le programmateur et co-fondateur de Rinse France

Azamat B doigts de fée et moustache de velours ! !

À l’occasion de son passage chez Tropical Club x Casa Bacardí takeover le 6 Juillet nous sommes partis discuter avec Azamat B ! On peut le dire, que l’homme du Sud a gardé la forme.

Event : Open Quais – Tropical Club x Casa Bacardí takeover 

Ça fait des années que tu nous invites chez toi, et voici l’occasion de faire l’inverse. Comment tu vas mon Azamat ?

Au top, les beaux jours sont là, on commence à jouer en plein air, et donc j’ai hâte d’être à ce weekend!

On se connait depuis des années. Peux-tu te présenter aux autres ?

J’ai 32 ans, je suis né et j’ai grandi à Perpignan, je mixe, j’organise des soirées et des événements depuis 13 ans environ avec pleins de potes : La Big Familia, Radio Los Santos, Boomclap, Vermeille pour ne citer que les plus importants.

Je suis programmateur et co-fondateur de Rinse France, amateur de vin et de bonne bouffe.

Où as-tu commencé ton aventure artistique ?

À Perpignan et dans les alentours, avec mes acolytes de la Big Familia.

Comment tu t’es retrouvé chez Rinse France ? Et comment tu as fini co-fondateur surtout ?

On a booké Manaré à Montréal en 2011 ainsi que le crew Boomclap, avec qui on organisait beaucoup d’événements là-bas entre 2011 et 2012, on s’est super bien entendu, on est devenu potes, et après mon retour en France fin 2012, j’ai habité quelques mois chez lui.

C’était à cette période qu’il commençait à bosser sur l’idée d’une webradio à Paris. Et au final me voilà co-fondateur ( ͡° ͜ʖ ͡°)

Lancer un média en 2019 en partant de rien c’est toujours possible ?

Honnêtement je ne saurais pas réellement répondre à cette question, en basant ça sur notre expérience, on n’est pas parti de rien, puisqu’on a eu l’aide de la maison mère Rinse FM, que ce soit en terme d’image, en termes de process de travail, mais aussi de financement au début.

C’est quoi tes expériences musicales et scéniques les plus marquantes ?

Je suis super mauvais pour faire des listes, et choisir de trucs préférés…
J’ai tellement joué, et j’ai tellement eu des hauts et des bas en tant que DJ, c’est pas évident !

À LIRE :   Bamao Yendé, le fédérateur du boukan

Je pense que mon dernier passage à Concrète en b2b avec Manaré, et ma 1ère fois là-bas avec Myako resteront super importants pour moi.

Beaucoup d’after à Montréal aussi. J’aime vraiment jouer longtemps, c’est souvent là que je prends le plus de plaisir, le fait de pouvoir jouer plein de trucs différents, pendant, 5, 6, 7, 8h… J’adore faire des b2b aussi, je trouve ça super enrichissant, et c’est souvent dans ces moments-là que je me régale le plus.

En tant que spectateur mes premiers Sonar Festival en 2007, 2008 et 2009. Mon été à Londres en 2008. Mon déménagement à Montréal en 2009.

J’ai eu la chance de vivre plein de moments forts via la Musique, c’est dur de choisir, et je me fais vieux, j’ai la mémoire qui flanche

Tes dernières découvertes musicales ?

Un vieux label anglais qui fait des ré-éditions qui s’appelle An Alien Recordings, Lil Tecca avec son track Ransom, le denier EP de Martyn sur Otsgut Ton, un label de Pittsburg qui s’appelle Is / Was, le dernier EP de Karen Gwyer sur Don’t Be Afraid, Koffee.

L’artiste de 2019 ce serait qui pour toi ? (tu peux citer un mec de 2017 et faire genre que tu l’avais découvert).

Je peux absolument pas en choisir un ! Je vais donc faire un petit top 10, sans ordre de préférence 🙂

E-Unity, Toma Kami, Shlagga, OKO DJ, Rema, Lil Nas X, Megan Thee Stallion, Thierra Whack, Kida Kudz, M Bootyspoon (c’est tous les ans l’artiste de l’année pour moi).

Ça te fait penser à quoi Tropical ?

Référence horrible, mais je pense à Tropico, cette fameuse boisson, populaire auprès d’une bonne majorité des kids qui ont connu les années 90.

Question bonus : On t’a vu sur scène sur plein de genres musicaux différents, tu crois que tu peux tout mixer ?

Non clairement pas, mais j’ai pas encore tout essayé 🙂