Les femmes (aussi) n’apprécient pas les capotes

« Le meilleur préservatif, c’est la laideur »

On va pas le nier, la capote est le moyen le plus fiable pour nous protéger du Sida et d’autres MST, mais aussi pour nous éviter d’avoir un marmot quand on est tout sauf prêt ou pire encore, pour éviter de tomber enceinte d’un parfait étranger. On l’aime pour ça, mais on la déteste aussi, et quand je dis on, c’est les hommes mais aussi les femmes.

capote
© Samantha Jones / Sex and the city

Ce bout de latex est synonyme d’échauffements, d’irritations, d’infections urinaires, d’infections vaginales, d’allergies mais il joue aussi sur la globalité du rapport sexuel. Il rend l’acte plus « froid » et moins « glissant » en enlevant un niveau d’intimité cru entre les partenaires… ce n’est pas l’extase quoi.

capote
© W24

Mais l’utilisation de ce dispositif contribue à une pratique sexuelle sans danger et son importance est sans limite. Les grandes marques de préservatifs ont pourtant essayé de faire certains progrès ces dernières années. Le classement 2018 des meilleurs préservatifs du « Roi de la Capote » met en première place le Durex Realfeeling, qui apparemment procurerait des « sensations naturelles« ; ensuite nous avons le My.size qui est parfait pour les tailles XXL… et en troisième position c’est le Skyn de chezManixpour le meilleur rapport qualité/prix, sans parler de tous les accessoires de lubrification

capote
© Cosmopolitan

Mais ils ont beau faire tous les efforts du monde, ce n’est pas comparable à l’effet « peau à peau ». Et puis entre temps pour éviter les grossesses, la capote a quand même été remplacée par d’autres nombreux moyens de contraceptions tels que la pilule contraceptive, la pilule du lendemain, le stérilet, l’implant contraceptif, l’anneau féminin, le diaphragme, le préservatif féminin (qui n’a peut-être jamais été réellement vendu en réalité), la pilule de contraception masculine ou encore la stérilisation. Mais les femmes sont de plus en plus sceptiques à toutes ces contraceptions et des conséquences graves que ce surplus hormonal engendre dans leur corps.

capote
© Giphy

Des progrès contre le VIH ont également vu le jour. La PrEp (Prohylaxie préexposition), autorisée depuis 2016 est une alternative au préservatif et qui est apparemment très efficace contre le VIH, le traitement doit se prendre avant (et après) un éventuel contact avec le VIH. Mais ce n’est pas une solution à tout, il y a un grand nombre de MST à part le VIH et le risque de grossesse n’est pas mis de côté.

À LIRE :   Contre l'abus de vodka, buvez du vin
capote
© Giphy

Résultat : un grand nombre de femmes arrêtent ces moyens de contraceptions et préfèrent utiliser une capote ou l’évite en demandant au partenaire de se retirer, parce qu’il faut l’avouer, les femmes aussi détestent la capote. Les pratiquants du retrait ont augmenté de 3,4% entre 2010 et 2013 selon les chiffres les plus récents de l’Ined, mais cela a dû bien évolué depuis. Mais cette pratique a réellement beaucoup plus de « contre » que de « pour » et devrait être banni. En plus du fait qu’elle soit potentiellement dangereuse pour le risque de transmission de MST ou pour le risque d’une grossesse, les hommes ressentent beaucoup moins de plaisir en se retirant car durant l’acte, il ne pense qu’à se retenir, au point de repenser à leur grand-mère décédée il y a un an… à quoi bon ?

Quoiqu’il en soit protégez vous.

Par NBD.