Un tunnel transformé en oeuvre d’art au Japon par MAD Architects

Un retour aux sources

Le cabinet d’architecture chinois fondé en 2004 par Ma Yansong, MAD Architects, vient d’achever son dernier projet. Celui de restaurer le tunnel de la gorge de Kiyotsu au Japon. Leur but étant de créer l’émotion mais aussi de ramener l’énergie culturelle dans la région où la population est de plus en plus vieillissante. Le tunnel de la gorge de Kiyotsu est long de 750 mètres dans lequel plusieurs espaces artistiques permanents ont été aménagés. Les installations seront divisées en cinq partie afin de rappeler les cinq éléments de la nature. 

Le « Tunnel of Light » a ouvert ses portes à l’occasion de la Triennale 2018 Echigo-Tsumari. Situé au cœur du pays des neiges au Japon, Echigo-Tsumari abrite un terrain montagneux et une étendue agricole où les méthodes traditionnelles de culture sont encore pratiquées. Malgré sa richesse en terres, la région a vu tous ses jeunes partir pour s’installer dans les grandes villes. S’appuyant sur les «cinq éléments» de la nature (bois, terre, métal, feu, eau), le schéma de MAD Architects transforme des points du tunnel en plusieurs espaces architecturaux et plusieurs atmosphères artistiques. Ce qui repense la relation entre les humains et la nature et cherche à relier les habitants et les visiteurs à la beauté majestueuse de la terre.

MAD Architects
© : i-mad

“Periscope” (wood)

À l’approche du tunnel, une petite cabane en bois a été construite pour servir de café et de magasin de souvenirs (avec des produits artisanaux fabriqués localement). À l’étage supérieur, on y trouve un spa pour pieds avec une source chaude. Une ouverture circulaire dans le plafond s’ouvre vers le toit. Les visiteurs peuvent profiter du paysage en même temps que leur bain de pieds.

 MAD Architects
© : i-mad
 MAD Architects
© : i-mag

“Expression of Color” (earth)

Éclairé à l’origine par des moyens naturels, il a été équipé d’une série de lumières colorées qui définissent chaque point de vue le long du tunnel. Associé à une musique mystérieuse, cela crée une ambiance subtile mais dynamique qui suscite une certaine curiosité.

À LIRE :   Invasion, le clip qui envoie du gros lourd
 MAD Architects
© : i-mad
 MAD Architects
© : i-mad

“Invisible Bubble” (metal)

Comme si elle venait d’un autre monde, la structure en forme de capsule reflète doucement la silhouette du tunnel tout en reflétant son environnement. Le mur qui fait face à la gorge est transparent. Cette fenêtre extérieure est recouverte d’un film métallique qui ne permet que des vues à sens unique de l’intérieur, jouant avec la notion de public et de privé. Offrant un moment d’évasion, un lieu de solitude, c’est finalement un espace intime qui se trouve dans un environnement public. 

 MAD Architects
© : i-mad

“The Drop” (fire)

Des «gouttes de rosée» sont dispersées le long de la courbure du deuxième point de vue. « The Drop » est une série d’ouvertures réfléchissantes. Alors qu’ils projettent une réalité en reflétant l’environnement naturel, ils apparaissent également surréalistes, comme des molécules d’eau, ils sont suspendus au plafond et aux murs, figés dans le temps. En regardant ces miroirs convexes, éclairés par une lumière rouge ardente, MAD Architects a voulu nous faire découvrir une connexion alternative avec la nature, à la fois mystérieuse et chaleureuse.

 MAD Architects
© : i-mad

“Light Cave” (water)

L’aboutissement de la restauration s’exprime sous la forme de la « caverne de lumière ». L’acier inoxydable semi-poli recouvre le tunnel, attirant dans l’espace clos les formations rocheuses distinctes, la végétation luxuriante et l’eau turquoise. Un bassin d’eau peu profond ondule doucement sous la brise du vent. À leur tour, les images de la gorge réfléchies par la grotte se sont jetées sur l’eau.

MAD Architects
© : i-mad

Le « Tunnel of Light » de MAD Architects est une transformation artistique qui montre comment l’art et la nature peuvent s’unir pour re-dynamiser une communauté. Chacune des installations forme un espace poétique où les visiteurs peuvent dépasser le rôle d’observateur et devenir un participant actif, permettant aux individus de se placer dans la nature de manière inattendue.

Source :  i-mad

Noémie Morgant