Bondage, fleurs et passion : Nobuyoshi Araki, photographe libre et provocant

 » La photographie est la vie, le quotidien est un art »

Il avait déjà posé ses valises à Paris, au musée Guimet, il y a deux ans. Aujourd’hui, il expose au musée du sexe à New York pour une rétrospective. On doit simplement à Nobuyoshi Araki le renouveau de la photographie japonaise dans les années 70’s. Son travail a marqué les amateurs et experts pour son rapport à l’intimité. Les photographies de bondage, c’est lui. Enfin… on parle  à tort de bondage en France alors qu’il s’agit ici du kinbaku, l’art japonais qui consiste à attacher quelqu’un avec une corde.

akari

Abordant l’amour, le sexe ou la mort, les clichés d’Akari sont empreints d’une poésie et d’une sensualité déconcertantes. Il t’est impossible de rester de marbre. Même sa série Fleurs de vie, véritable festival de corolles et de tiges dressées, est profondément sexuelle. Tu n’as jamais vu personne rendre aussi désirable des fleurs, métaphores du calice à l’origine du monde.

À LIRE :   Petersen te déboîte avec des illustrations rétro ultra-singlantes
akari

Plus tard, la série Yoko, mon amour marquera un tournant. Saisissant les banalités et temps sacrés de l’amour, il retrace en photo les souvenirs de sa vie aux côtés de sa femme Yoko, jusqu’au décès de cette dernière en 1990. L’intime féminité, il l’expose ensuite par des corps suspendus, des nus féminins aux accents masochistes.

akari

Irrévérencieux, sulfureux, ou pervers pour certains, il illustre pourtant une forme de tradition culturelle propre à son pays. En témoigne ces modèles sexualisés saucissonnés qui s’inspirent de la pratique ancestrale et militaire du « hojojutsu », art du ligotage. Dans un regard très pop pour ces derniers travaux, il insuffle un vent de modernité venu du pays du soleil levant, en associant photo et peinture.

akari

A 78 ans, il laisse une oeuvre majeure témoignant d’une liberté de création sans bornes. Avec son allure déjanté et sa sensibilité brute, on a juste envie de dire : Araki fait nous mal.

akari

Plus d’informations : Site Nobuyoshi Akari