Le biohacking ou comment bricoler son ADN pour être plus musclé

DIY biologique

Et si tu prenais tes gros ciseaux ou ton « scalpel génétique » pour tailler dans ton ADN ? Tu pourrais ainsi devenir plus musclé, plus bronzé, et modeler ton corps à souhait. C’est l’expérience un peu folle à laquelle s’est livré Josiah Zayner, américain diplômé en biophysique nucléaire, ancien de la NASA et sorte d’Indiana Jones du vivant. Lors d’un live Facebook en direct d’une conférence à San Francisco, ce brave garçon au look décalé s’est injecté dans l’avant-bras une solution pouvant modifier les gènes de ces cellules musculaires.

biohacking
Josiah Zayner

Cette technique révolutionnaire se nomme « Crisp-Cas9 » et permet de Couper/Coller des gènes à un endroit précis du chromosome dans le génome de n’importe quelle cellule. Et ouais. Et pourquoi cet homme fait figure de héros parmi les biohackers ? Pas parce qu’il serait devenu le sosie de Schwarzenegger. Mais parce qu’il met un coup de pied au vieux monde de la science et pousse les individus à s’emparer de ce savoir, principalement accaparé par les grands labos privés. D’où le terme de biohacking ou biologie participative.

À LIRE :   Comment les soldes d'hiver vont tous nous tuer
biohacking

On avouera quand même que c’est légèrement flippant et qu’on a de quoi écrire toute une saison de Black Mirror. La société The ODIN de ce savant-punk a déjà commencé à commercialiser des kits pour modifier son ADN à domicile. Au calme. Une mise en vente déclarée illégale par les autorités et la FDA, agence du médicament américaine.

biohacking

Même si les biohackers ont l’air de types cools souhaitant que les avancées biologiques soient moins opaques et partagées par tous, on imagine aussi les possibles travers de ces bricolages du petit biologiste en herbe. Des préoccupations qui rejoignent celles qui entourent les transhumanistes. Jouer à Tetris avec son ADN pour ne plus vieillir, être plus beau, être plus fort : un choix à méditer.

biohacking