Un road trip loin de tout. La route de la soie en auto-stop

Envie de partir à l’aventure ?

Astrid a passé le cap et réalisé son rêve de toujours, larguer les amarres à la quête du monde. Depuis quatre ans, elle sillonne le globe et a notamment empruntée la Route de la Soie en auto-stop avec son ami José. Ce long voyage de plusieurs mois, retraçant l‘itinéraire mythique que traversaient les caravanes marchandes de l’époque, les a plongé sur les routes fascinantes d’Orient, qu’Astrid nous partage aujourd’hui en images. 

1) Quartier musulman de Xi’An, en Chine :

L’une des voies les plus empruntées sur la Route de la Soie fut celle reliant Xi’An à Istanbul, c’est celle que mon compagnon de voyage José et moi-même, avons décidé de retracer plusieurs siècles plus tard. C’est donc tout particulièrement émus que nous sommes arrivés à Xi’An, après trois mois de vadrouille en Asie du Sud-Est : nous touchions enfin du doigt notre rêve, il ne nous restait plus qu’à lever le pouce en direction de la Turquie, plein Ouest.

route de la soie

2) Trek autour du lac Song Kul, au Kirghizistan :

Après avoir traversé la Chine sur plus de 4500km, nous étions heureux de gagner l’Asie Centrale, en commençant par le Kirghizistan. Là, nous avons eu la chance de séjourner une quarantaine de jours, et d’effectuer différentes randonnées, notamment un long trek autour du lac Song Kul, où l’été, les nomades kirghizes vivent encore dans des yourtes traditionnelles. Ces moments de rencontre hors du temps nous furent précieux, et inespérés.

route de la soie

3) Le long de la Pamir Highway, au Tadjikistan :

Notre périple s’est ensuite corsé, le long de la Pamir Highway tadjike. En effet, si les paysages étaient grandioses, nous avons compté les véhicules sur les doigts d’une main, et avons dû prendre notre mal en patience : il nous est même arrivé de devoir attendre plusieurs jours, avant de pouvoir embarquer à l’intérieur d’une voiture ! Toutefois, cette virée en altitude fut une agréable bouffée d’air frais, et par la même occasion, une véritable leçon de vie, les tadjiks portant haut les valeurs universelles de l’hospitalité.

route de la soie

4) Visite des villes légendaires de l’Ouzbékistan :

Nous n’aurions pu envisager une aventure le long de cette voie mythique, sans faire halte dans les cités légendaires ouzbèkes. Ainsi, nous nous sommes arrêtés à Samarcande, Boukhara et Khiva, et afin d’éviter la cohue de la mi-journée, nous nous sommes levés quotidiennement aux aurores : nous vagabondions d’une mosquée bleue à une autre, envahis par un sentiment de liberté absolue.

route de la soie

5) Moynaq, un cimetière de bateaux sur la mer d’Aral :

De même, nous avions à cœur de nous rendre à Moynaq sur la mer d’Aral, un ancien port de pêche situé sur la rive Sud de l’ancienne étendue d’eau. Aujourd’hui, la cité a triste mine : elle nous a marqué par son apparente désolation. En effet, depuis plusieurs décennies, les autorités ont détourné les deux fleuves se jetant dans l’Aral, afin d’irriguer les nombreux champs de coton, situés en plein désert. Sur le sable de Moynaq, seules quelques carcasses de bateaux rouillées reposent encore, tandis que les habitants doivent faire face à une crise économique et sanitaire qui dure depuis plus d’une génération.

route de la soie

6) Coup de cœur pour Yazd, en Iran :

Nous sommes ensuite entrés en Iran, où après quelques péripéties – dont nous nous serions bien passés – nous avons profité avec joie de la charmante Yazd, et de ses habitants, qui arboraient tous un immense sourire fraternel. Chaque soir, nous devions batailler pour choisir chez qui dormir, les invitations pleuvant à grosses gouttes. L’Iran fut donc un véritable temps fort de notre longue virée en stop, puisque nous y avons reçu tout l’amour du monde.

route de la soie

7) La merveilleuse région de Cappadoce, en Turquie :

Notre voyage n’était toutefois pas totalement terminé, car la Turquie nous réservait mille jolies surprises, notamment en Cappadoce, une région extraordinaire qui nous a laissé sans voix à plusieurs reprises. Outre le fait que nous fûmes accueillis par les habitants, une fois de plus, avec le cœur sur la main, nous avons littéralement dévoré des yeux ces paysages lunaires, ces poèmes géologiques écrits par le temps : de quoi finir l’aventure en beauté !

route de la soie

8) La fin émouvante de l’aventure, à Istanbul :

Enfin, nous avons atteint Istanbul, une autre ville mythique, et à juste titre ! Bien sûr, nous avons pris beaucoup de plaisir à arpenter les ruelles des vieux quartiers stambouliotes, et avons traversé le Bosphore, ce qui marquait officiellement notre retour sur le sol européen. Toutefois, le cœur n’y était plus : nous assistions impuissant à l’épilogue d’un rêve qui nous était cher, le remplaçant brutalement par des souvenirs, certes précieux, mais pourvu de mélancolie. Il nous faudra désormais du temps pour nous réapproprier ces images, qui aujourd’hui encore nous semblent irréelles. Mais ce qui est certain, c’est que cette aventure le long de l’ancien itinéraire de la Route de la Soie restera gravée en nous à jamais…

route de la soie

Merci à Astrid pour son beau témoignage !

 

Plus d’informations : Blog Histoires de Tongs