L’archipel des Galapagos, victime de son succès touristique prend de nouvelles mesures

Un paradis à préserver à tout prix

L’archipel des Galapagos va dorénavant limiter le nombre de visiteurs afin de préserver sa faune et sa flore uniques au monde.

Galapagos

Ce trésor niché dans les eaux équatoriennes possède un écosystème des plus époustouflants. Surfeurs, plongeurs et autres visiteurs rencontrent chaque jour des iguanes, requins, tortues marines et autres raies manta. En effet, 97% de la surface des 19 grandes îles et dizaine d’ilôts est protégée de toutes activités humaines, qui se concentrent principalement sur les quatre îles habitables. Cependant, si cette grande réserve de biodiversité avait jusque là réussi à éviter toute dégradation environnementale en accueillant un petit nombre de touristes, l’écotourisme est en vogue. Le nombre de visiteurs aux Galapagos est en hausse de 7% depuis 2017, malgré des coûts prohibitifs des compagnies aériennes depuis l’Equateur.

Galapagos Galapagos

« Les Galapagos sont le joyau de la couronne et nous devons donc en prendre soin. Il nous faut être plus drastiques quant à la protection de l’environnement« , a déclaré à l’AFP Enrique Ponce de Leon, ministre du tourisme. L’archipel, qui inspira Charles Darwin sur sa théorie de l’évolution des espèces, se confronte également à de nouvelles espèces comme des chiens et chats errants, et une invasion de rats. Le changement climatique et la pêche illégale sont aussi de nouveaux enjeux problématiques.

À LIRE :   Shohei Otomo : un des maîtres Japonais de l'illustration expose à Paris
Galapagos Galapagos

Mais le premier souci à régler reste l’invasion de touristes. « Les particularités environnementales, sociales et biologiques de ce lieu unique nous obligent à fixer un plafond, à gérer le tourisme à partir de l’offre, et non de la demande« , a tenu à souligné à l’AFP Walter Bustos, directeur du Parc national des Galapagos. Pour se faire, les Galapagos vont devoir renforcer leur éthique de tourisme durable en augmentant les prix sur places et le prix des billets d’avion, afin de limiter le nombre d’entrées sur le territoire tout en ne pâtissant pas d’une baisse économique.

Galapagos