L’addiction aux selfies reconnue comme une maladie

Les selfies tuent

Il y a trois ans, on nous annonçait que les selfies tuaient plus que les attaques de requin. Ça nous a fait sourire plus qu’autre chose, mais là, on est passé à un autre level. Appelée «selfitis», l’addiction aux selfies vient d’être reconnue comme une véritable maladie mentale. Considérée comme un trouble du comportement par l’International Journal of Mental Health and Addiction, le selfie, cet « art » qui consiste à tirer son autoportrait avec son téléphone où tout autre objet photographique, a littéralement envahi la planète en l’espace de quelques années. Comme toute tendance, certains plongent la tête la première et n’en reviennent jamais. Un selfie qui matérialise l’expérience folle que l’on est en train de vivre ou simplement notre fade quotidien. Toujours est-il qu’en 2017, 30 personnes sont mortes de leur narcissisme numérique.

À LIRE :   Le « Cumshot selfies », le challenge qui va t’en mettre plein la gueule

Pourtant, ça n’empêche pas des centaines de millions de personnes de prendre chaque jour une photo d’eux pour la publier sur les réseaux. Si pour la majorité cela ne représente pas grand chose, pour d’autres, c’est devenu une nécessité. Ainsi, l’International Journal of Mental Health and Addiction a classifié les degrés d’addictions en trois catégories : « à risque » : ceux qui prennent au moins trois selfies par jour sans forcément les poster sur les réseaux sociaux – « sévère » : deux selfies par jour directement publiés et « chronique » : besoin constant de prendre des photos de soi pour les poster au moins 6 fois par jour sur les réseaux.

Reste à savoir quel traitement il vont prescrire pour guérir ces malades 2.0. Un Alcatel ?

selfies

Source : 20 minutes / Les Inrocks 

 

Publicités