Pourquoi l’année 2018 sera tout aussi pourrie que l’année 2017.

Non, ce ne sera pas mieux l’année prochaine.

annee

À tous ceux qui ont commencé à réfléchir à leur incontournable liste de « bonnes résolutions » pour l’année 2018, un conseil, vous pouvez déjà la brûler. Chaque année, après le nouvel an, on se met en tête que tout va changer, que c’est le début d’une nouvel ère, d’une nouvelle vie et qu’elle sera bien sûr beaucoup plus intéressante et enrichissante que celle d’avant. Mais, vous ne vous êtes jamais dit que si vous deviez reprendre le même processus chaque année, c’est qu’il ne fonctionnait absolument pas ? À l’image de votre cahier de texte quand vous étiez enfant, les 3 premiers pages étaient magnifiquement tenues, mais après, entre les ratures et les pages arrachées, ça devenait rapidement un torchon. Bah, pour votre vie, c’est pareil.

Vous pensez que si vous écrivezaller au sport au moins une fois par semaine‘, ‘lire un livre par mois‘ , ‘arrêter de fumer’ vous allez réussir à le faire ? Les premiers jours peut être, quand votre motivation aura atteint un point culminant et que par respect pour le bout de papier utilisé, vous allez vous donnez à fond. Le problème, c’est que le changement c’est long, c’est chiant et en général on a toujours beaucoup mieux à faire. Donc, à la première occasion, vous allez arrêter.

En même temps c’est normal. C’est l’idée du résultat qui nous fait plaisir, pas le chemin pour l’atteindre. Pour reprendre le même exemple, si avant la rentrée on se disait, petit, que tout allait changer c’est parce-qu’on pensait qu’en face, aussi, les gens allaient changer. Quand on s’aperçoit que non, on ne fait plus d’effort. C’est quasi-scientifique. Donc quand tu te dis que cette année tu vas faire du sport, tu réalises pas qu’avant de ressembler à quelque chose, tu vas déjà devoir transpirer, beaucoup, mais aussi faire un tas d’autres sacrifices qui seront beaucoup plus emmerdant que tes kilos. L’idée d’être super bien foutu.e t’a mené à penser que le sport c’était facile. Quand t’as réalisé que c’était pas le cas, t’as arrêté.

annee

Donc sans transition, je t’annonce en Breaking news qu’en 2018, tu continueras à te faire voler tes clopes par tes potes, que tu te trimballeras toujours ton découvert de 2015 quand t’as eu la bonne idée de prendre deux billets pour aller à Londres parce que « YOLO on a qu’une seule vie » – en 2015 ça passait encore d’utiliser cette expression, que tu ne rencontreras pas la bonne personne. Tu vas continuer à alterner les plans foireux et le célibat. Tu finiras par réouvrir ton compte Tinder, pour le meilleur, pour le pire et surtout pour la nuit. Tu continueras à te prendre la bonne goûte de pluie dans le cou quand, le dimanche, t’iras faire trois courses et que t’auras oublié ton parapluie – si t’en a un. Tu devras encore passer des après-midis entières à appeler la CAF et la sécurité sociale pour tenter, toujours, de réduire ce putain de découvert. Tout ça alors que tes sous partent dans des clopes à 10 ballesbonne année – et des verres à 15.

En même temps, entre nous, entre vivre, s’éclater, ne pas se soucier de l’argent ou de ton futur cancer ET manger sainement, aller au sport et ne plus voir personne pour garder une peau de biche – je sais pas si cette expression existe mais allons-y – bah personnellement je préfère l’option 1. Et puis comme dirait Jean-François lebeauf  « Faut bin mourrir de kekchose hein !« . #Pasdecliché

trump