Les champignons hallucinogènes : la drogue la moins dangereuse ?

Champignons hallucinogènes, la drogue star du Global Drug Survey2017

champignons

Il y a quelques mois, La Global Drug Survey publiait son rapport annuel de consommation de drogues illicites ou non à travers 26 pays. Avec 119 846 personnes interrogées anonymement (62% hommes, 38% femmes), c’est le sondage le plus complet et le plus grand du monde concernant la consommation de drogues. Bilan : une augmentation d’environ 20% du nombre d’usagers, drogues confondues, et surtout une augmentation un peu plus significative de l’usage des champignons hallucinogènes.

Pour Adam Winstock, psychiatre consultant en toxicomanie, docteur spécialisé dans l’addiction et fondateur de la Global Drug Survey, le fait que les champignons attirent, plus que les autres drogues est un mal pour un bien car ceux-ci seraient la drogue la plus sûre que l’on puisse prendre. En effet, sur les 12 000 personnes qui ont consommé des champignons en 2016, « seulement » 0,2% d’entres elles ont déclaré avoir eu besoin de subir un traitement médical d’urgence. Soit 5 fois moins que les consommateurs de MDMA, de LSD, de cocaïne ou de cannabis synthétique.

Mention un peu spéciale pour la MDMA qui, bien utilisée, pourrait permettre de guérir les troubles de stress paust-traumatiques. Des essais ont  déjà été réalisés et le traitement par la MDMA a reçu l’approbation de la FDA (Food and Drug Administration). Attention tout de même aux raccourcis. La MDMA utilisée lors de ces traitements est pure, or, quand on achète des drogues dans la rue ou par le biais d’un dealer, on ne sait généralement ni d’où elles viennent, ni ce qu’elles contiennent vraiment. Pour le cannabis, c’est encore pire. Si 1 utilisateur de l’échantillon sur 30 a cherché à recevoir un traitement médical d’urgence c’est qu’il venait de fumer du cannabis mélangé à plusieurs substances, illicites ou non sans le savoir. Mais pas que.

À LIRE :   Hamza Bendelladj, héros ou escroc?
champignons

Selon Brad Burge de l’Association multidisciplinaire des sciences psychédéliques, plusieurs facteurs expliquent que vous en soyez venus au point de vouloir une aide médicale. En effet, un trip, quel qu’il soit, se prépare. On parle « d’ensembles et d’environnements » c’est à dire de l‘état d’esprit dans lequel vous êtes quand vous allez prendre votre trip et de l’environnement dans lequel vous vous trouvez physiquement. Car dans le fond, le monstre est en nous. Chaque trip peut être le pire comme le meilleur de votre vie. Et cela fonctionne pour toutes les drogues. Ainsi, pour en revenir aux champignons hallucinogènes, bien qu’ils soient considérés comme les drogues les moins dangereuses, il est important de se prémunir d’éventuelles crises de paniques en choisissant bien les lieux et les personnes avec qui vous voulez vivre l’expérience. Car généralement, les consommateurs n’ont pas vraiment d’aide médicale mais seulement de quelqu’un avec qui on se sent en sécurité et écouté.

N’oublions pas que toutes les drogues ont un pouvoir extrême sur nous, cet article ne tend pas à inciter qui que ce soit d’en consommer, seulement à vous informer.

À bon entendeur

PS : Si parmi vous, certains ont envie de faire partie de l’échantillon pour l’année 2017, n’hésitez pas à postuler auprès de la Global Drug Survey. Ils cherchent !

SOURCE : Rapport de la Global Drug Survey / HERB / OWDIN / TRAX