Les photographies chimiques et volcaniques de Seung-Hwan Oh

Pour Seung-Hwan Oh, la création passe aussi par la destruction

seung-hwan-oh

Basé à Séoul, le photographe Coréen de 47 ans, Seung-Hwan Oh, a décidé d’utiliser la dégradation comme outil dans son processus créatif. Une idée audacieuse pour un résultat exceptionnel. Plus que de simples photos, les clichés de Seung-Hwan Oh posent la question de la disparition, de la perte de contrôle et de l’idée du changement que l’on ne peut pas maîtriser. Et tout ça, grâce à la science et à la moisissure. Oui, rien que ça. Interrogé par « BOUMBANG » le photographe revient sur l’origine de son idée : « Je suis tombé sur un article de la BBC en 2010 sur la façon dont un champignon menace de détruire les archives des vieux films. J’ai appris que la moisissure sur un film mal stocké peut ronger et détruire son contenu. Dès lors, je me suis rendu compte que je pouvais livrer l’idée de l’impermanence de la matière de ce phénomène naturel dans mon travail». Le résultat est sans appel : des photos volcaniques pour un procédé ultra-original. Enfin ça, c’est encore à vous d’en juger.

À LIRE :   Entre photos et gifs, Metrologif... c'est perturbant.
seung-hwan-oh

Plus d’informations : Facebook / Site