Baby I like it raw, l’expo sur la jeunesse soviétique qui avait de quoi te donner des sueurs froides

La culture jeune de l’ex bloc de l’Est s’est vue exposée avec Baby, I like it raw, et c’était loin d’être génial

Qui n’a jamais vu ces clichés bien chelous de jeunes soviets accroupis une clope au bec, casquette sur la tête et en survêt adidas ? Le stéréotype désormais bien ancré dans nos mémoires ne devrait cependant pas être la seule représentation que l’on se fait de la jeunesse soviétique. Car en réalité, elle est bien plus complexe et torturée que ce que l’on nous laisse bien croire. L’exposition Baby, I Like It Raw: Post-Eastern Bloc Photography and Video, présentée jusqu’en avril dernier au Centre Tchèque à New York, a donné l’occasion à plusieurs artistes de montrer leur vision de ce qu’est véritablement devenue la culture jeune après que le bloc de l’Est se soit définitivement effondré.

Baby, I Like It Raw

Et comme l’on s’y attendait un peu, les photos conservent malgré tout ce côté froid et absurde qui peine à nous faire ressentir de l’empathie. Ce qui est bien dommage compte tenu du fait que le but premier de l’expo était d’appeler à la compréhension culturelle et de sensibiliser, notamment les Etats-Unis, aux différences qui existent entre les deux pays.

À LIRE :   The Kid : les portraits cinglants d'une jeunesse tourmentée.
Baby, I Like It Raw

Les photographes vedettes regroupaient notamment Gorsad, un collectif d’art basé à Kiev qui se concentre sur la « jeunesse d’acier » ukrainienne ; Daniel King, un photographe d’origine australienne qui s’est retrouvé à capturer avec son objectif les adolescents ukrainiens lors de la révolution et Sonya Kydeeva, qui elle, explore les moments de « masculinité moderne » en Russie. Sam Centore quant à lui, est un artiste adepte des vidéos qui présentait pour l’expo son dernier film « Hungry Boy », qui met en lumière la passation de pouvoir au sein de la jeunesse homosexuelle. Bref, une expo bien crue, un tantinet triste et par moment vraiment inquiétante, mais c’est de l’art, donc laissons le faire son chemin.

Baby, I Like It Raw Baby, I Like It Raw Baby, I Like It Raw Baby, I Like It Raw Baby, I Like It Raw Baby, I Like It Raw Baby, I Like It Raw Baby, I Like It Raw Baby, I Like It Raw Baby, I Like It Raw Baby, I Like It Raw Baby, I Like It Raw

Pour ceux que cela aurait quand même intéressé, ne vous précipitez pas pour réserver votre billet d’avion, l’expo s’est malheureusement terminée en avril dernier.