Ce que vous ne savez pas sur Trainspotting

Drogue, sexe et rock’n’roll, la recette gagnante du film Trainspotting

-Un titre à double sens

Le mot « trainspotter » désigne des individus qui regardent les trains passés et notent leurs numéros. La communauté s’appelle ensuite entre eux pour comparer leurs chiffres. Ce terme dans un sens plus global signifie un comportement obsessionnel. En matière d’héroine, le trainspotting ferait référence aux différents points formés sur les bras à la suite des traces de piqûres dans une veine, formant au final un chemin tel un rail.

Trainspotting

-Un acte manqué du groupe anglais Oasis

Les mythiques frères Gallagher, à la tête du groupe Oasis, ont refusé d’apparaître sur la bande originale du premier Trainspotting. Liam et Noel se sont en effet mal renseignés sur le sujet, en pensant que le film dépeignait l’histoire de personnes qui regardent passer les trains. Ils se sont ensuite bien mordu les doigts de ne pas figurer sur la bande son rock’n’roll mythique, aux côtés de Lou Reed, Underworld, Blur, New Order…

-Une performance d’acteur presque aussi vraie que nature

Ewan McGregor s’est préparé bien en amont du film. Afin de se glisser dans la peau de son personnage drogué, il passa du temps avec une organisation venant en aide aux addicts. Il pensa également à se tester physiquement en prenant une dose d’héroïne mais abandonna rapidement cette idée saugrenue.

Trainspotting

-Un caméo hommage

Trainspotting est l’adaptation du best-seller d’Irvine Welsh paru en 1993. L’écrivain apparaît furtivement dans le film dans la peau d’un dealer nommé Mikey.

Trainspotting

 

 

 

 

-Un accent incompréhensible

Pour la sortie américaine du film, les ving premières minutes ont été doublées une seconde fois pour rendre audibles les dialogues, prononcés avec un trop fort accent écossais. De plus, afin de ne pas froisser les pudeurs américaines, la scène de sexe avec une collégienne de 14 ans a dû être écourtée.

-Un film à petit budget pour gros succès

Si le premier film a été tourné avec un petit budget (3,5 million de dollars) et des scènes souvent prises sur le vif, il rencontra pourtant un incroyable succès dans les salles obscures. Avec 2,5 millions de spectateurs, Trainspotting fût le plus gros succès au box office anglais de 1996 et rapporta finalement 70 millions de recettes.

Trainspotting

-Un potentiel troisième film verra le jour

Trainspotting pourrait se poursuivre avec un troisième opus, librement inspiré du livre The Blade Artist qui relate la vie de Begbie, devenu sculpteur en Californie. Le réalisateur Danny Boyle pourrait potentiellement être intéressé pour un Trainspotting 3 centré sur cet unique personnage.

Trainspotting