Le photographe Boogie en immersion dans les bas-fonds de Kingston

Le photographe de l’extrême

Connu pour avoir réussi à shooter les quartiers les plus chauds de la planète et leur population, des gangs de New-York aux skinheads des pays de l’Est, Boogie est de cette trempe d’artistes capables de nous offrir la réalité dans toute sa vérité. D’origine serbe, il commence à se faire un nom dans les années 1990, en documentant les conflits ravageant les Balkans. Devenu brooklynien en 2008, cela ne l’empêche pas de continuer à parcourir le globe en quête des lieux où la violence et la misère explosent et plongent les individus dans la tourmente.

À LIRE :   Mike Hollingshead, aventurier de la photographie
Kingston Kingston Kingston Kingston Kingston

Enchaînant les reportages sous haute-tension, de Sao Paulo à Istanbul, il s’est rendu il y a quelques années à Kingston, capitale de la Jamaïque, afin d’immortaliser l’activité des bidonvilles et des ruines du pays. Cela aboutira à la publication l’année dernière d’une série d’un peu plus d’une centaine de clichés baptisée « A Wah Do Dem », à travers laquelle nous découvrons un quotidien où la drogue, les armes, les filles, les flics et les bibles se côtoient dans un chaos dont même les enfants ne sont plus étonnés. Bonne descente en enfer !

Kingston Kingston Kingston Kingston Kingston Kingston Kingston Kingston Kingston

Plus d’informations : Site officiel Boogie

 

Etienne Poiarez