Le rap en Russie, anti conformiste et avant gardiste

Un rap dénonciateur mad(e) in Russia

Peu médiatisée en dehors de la Russie, la langue russe se prête pourtant bien au flow du rap. Diversifié dans ses genres et paroles, la scène rap russe n’a jamais été aussi vivace et intéressante. L’occasion de prêter attention aux chefs de file qui espérons le viendront rincer les scènes françaises dans un futur proche.

rap

 

Little Big

Après un premier concert en ouverture de Die Antwoord, la comparaison leur colle à la peau. Little Big essaye d’élever leur voix dans un pays sous l’emprise de la propagande de Poutine. Ancré dans la scène underground russe, le groupe retourne les foules depuis 2014 avec un rap corrosif et satirique, comme le clip « Everyday I’m drinking ». Jouant avec l’esthétique des clichés russes, les nains, ours, mecs bourrés et double shot de vodka se conjuguent dans un style musical qualifié de « funeral rave ». Un groupe sans langue de bois, mais avec gueule de bois.

 

Oxxxymiron

Habitué des tournées sold out en Russie, Oxxxymiron est le rappeur le plus intellectuel. Parfois qualifié d’Eminem russe, il a grandi dans une banlieue sombre d’Angleterre avant de sortir diplômé de littérature anglaise médiévale à Oxford. Découvrant la grime dans sa ville d’adoption Londres, il incorpore avec brio ce genre musical avec son rap intellectuel. Exit les voitures de luxe, les femmes ou la dure vie, Oxxxymiron cite des passages de livres et ne rappe essentiellement que sur le vide existentiel, l’indifférence et la culture.

À LIRE :   Un russe matte des flocons de neige

 

TATARKA

Rappant en langue tatare, dialecte de la région du Tatar, la jeune femme dénonce l’addiction à Instagram et Youtube dans des clips léchés affublés de fringues des 90’s sur fond de barres d’immeubles soviétiques.

 

Flesh & Lizer

Les deux enfants d’Internet cultivent leur obsession pour la cyber-criminalité et l’univers du hacking dans des clips de rap gangstas.

 

Kizaru

Passionné par le skate et la weed, Kizaru met l’accent sur une musique plus atmosphérique, se rapprochant du cloud rap, et raconte ses performances sexuelles, ses exploits de gangstas, et ses sessions de fumettes.

 

Pharaoh

Populaire auprès des adolescents russes, ce jeune de 21 ans redéfinit le genre rap avec un univers plus morbide et fantastique. Le pharaon du rap russe va continuer de briller, espérons le, de longues années.

 

Noize MC

Evoluant désormais dans un univers plus rock, Noize MC s’est pourtant bien fait connaître par son engagement dans des chansons russes crachant aussi bien sur les violences policières que la corruption ou l’injustice. Dérangeant pour les autorités russes, il écopa d’une peine de 10 jours de prison en 2010 après un concert corrosif dénonçant la corruption de la police russe.

 

Solenn Cordroc’h