Quand bouddhisme rime avec racisme en Birmanie

 Un massacre à l’encontre des musulmans en Birmanie

En Birmanie, un nettoyage ethnique à l’encontre de la minorité musulmane, les Rohingyas fait rage. Depuis juin 2012, les violences retentissent de plus belle; villages incendiés, tortures sexuelles, restriction à l’éducation et la santé, les musulmans sont sans cesse traqués…par des citoyens encouragés par les bouddhistes.

Birmanie Birmanie Birmanie

Accusés d’être des immigrés illégaux venus du Bangladesh voisin, les Rohingyas, pourtant citoyens depuis des générations en Birmanie, ont été décrétés apatrides en 1982. Victimes d’une épuration, silencieuse pour l’Occident, trop soucieux de développer des opportunités économiques avec la Birmanie, la communauté musulmane est la cible principale d’un bouddhiste raciste.

Birmanie

Chef de file de 969, un mouvement nationaliste et anti-islamique fondé au début des années 2000, le moine Ashin Wirathu incite à la haine dans des discours des plus directs sur Youtube et Facebook. Présenté comme le Ben Laden bouddhiste, il n’hésite pas à comparer les musulmans à des « serpents venimeux » et appelle au boycott des entreprises . « Ils vont détruire notre religion, ils vont prendre notre terre, commercez seulement avec ceux de votre espèce, ceux de même race et de même foi » assène t’il à l’encontre des musulmans, qui ne représentent pourtant que 4% de la population birmane. 

À LIRE :   Quand un compte fake se fait berner par un ingénieur de l'étoile de la mort
Birmanie Birmanie

Jugé pour ses propos haineux en 2003 à 25 ans de prison, le moine bouddhiste Wirathu a été relâché en 2010. Continuant néanmoins à prêcher sa « bonne » parole lors de déplacements dans toute la Birmanie, et par le biais des réseaux sociaux, il a récemment été condamné. Pendant un an, Wirathu est contraint au silence le plus total après des « discours visant à provoquer des conflits locaux et entraver les efforts pour maintenir l’Etat de droit».