La sexualité d’une femme est encore un sujet tabou

Pour une femme, « aimer le sexe est presque interdit »

Alors que les femmes cherchent de plus en plus à être indépendantes, elles sont souvent jugées lorsqu’elles parlent de sexualité. Très engagée dans la cause des femmes, Scarlett Johanson a récemment dénoncé ces préjugés lors d’une interview pour Cosmopolitan.

femme

La sexualité féminine

« Quand une femme dit aimer le sexe, c’est presque interdit. En ayant simplement une attitude saine par rapport à sa sexualité, tu as la réputation d’une fille facile, sauvage ou une traînée. Tu n’as pas de morale, et tu es vue comme une espèce de déviante sexuelle, ou quelqu’un qui n’est pas capable de rester dans une relation monogame. Dès que l’on parle de s’amuser ou d’être curieuse, c’est encore considéré comme un tabou»

Pourquoi un homme qui aime le sexe est perçu comme un Don Juan, alors qu’une femme comme «une salope » ? Cette vision est totalement discriminatoire et sexiste. Datant de la préhistoire, elle n’a plus lieu d’être en 2017 ! Scarlett Johanson cherche à la combattre afin de faire évoluer la sexualité féminine.

Malheureusement, beaucoup de femmes sont encore soumises à ces diktats. Elles préfèrent soit rester dans une logique de soumission érotique, car elles craignent de se faire passer pour une fille facile, soit ne même pas s’interroger sur leurs désirs sexuels. D’autres n’ont même pas la possibilité de choisir. Dans certains pays, les femmes n’ont pas de choix que d’obéir à la domination masculine, et ne peuvent même pas aborder la question de la sexualité.

À LIRE :   Le 11 octobre, c'est la journée mondiale des filles
femme

L’accès au Planning Familiale

Scarlett Johanson en a aussi profité pour défendre l’accès au Planning Familiale.

« Il n’y a aucune raison pour que nous ne parlions pas de nos droits de reproduction. C’est une chose pour laquelle nous devons nous battre et que nous devons continuer à protéger. Il n’y a rien de dégoûtant dans ces discussions. Bien sûr, c’est privé et c’est votre corps, mais nous devrions faire disparaître ces préjugés. »

Alors que l’IVG existe depuis 42 ans, elle est aujourd’hui menacée aux Etats-Unis. Donald Trump a mis à la tête du Planning Familiale, Teresa Manning, une opposante de la contraception et du planning familial (où va le monde ?!). Cette disparition remettrait en cause le combat de toute une vie, celui de Simone Veil, mais aussi le combat de centaines de femmes.

Il est important que toutes puissent parler de sexe sans être perçues comme « une trainée ». Elles doivent aussi avoir le droit de choisir leur partenaire, leur moyen de contraception, l’accès à l’IVG, d’avoir un enfant ou non. Nous sommes en 2017, il est vraiment temps que les mentalités évoluent. Une femme a autant de droits qu’un homme !

Publicités