Et si on parlait peep-show ?

Depuis 1800, le peep-show n’a jamais cessé d’exister, et d’exciter.

Un peep-show est un endroit où l’on peut venir voir une femme se déshabiller à travers une vitre, dans la discrétion la plus totale. Le fantasme de la femme-objet que l’on consomme est alors à son paroxysme.

peep-show

Les origines d’un spectacle érotique

En Amérique, c’est vers 1800 que le concept de peep = jeter un coup d’oeil, show = spectacle se montre pour la première fois. Thomas A.Edison crée des boîtes à images sexy que l’on anime en tournant une manivelle. Simple, efficace, et surtout excitant…! Ces mini-films obscènes sont en fait incroyablement pudique car à cette époque, une jambe un tout petit peu dénudée est déjà hyper-sexuel. Puis, ces peep-show machines évoluent et se déplacent en intérieur dans une plus grande salle obscure.

peep-show
Peep-show machine inventée par Edison. Photographie prise en Louisiane en 1938.

Le voyeurisme se démocratise et les spectateurs – majoritairement masculins – s’installent confortablement dans une cabine en solo, devant une vitre à travers laquelle ils peuvent contempler à la minute le spectacle érotique d’une demoiselle sexy. En général, la danseuse se déhanche sur une table ou un matelas tournant, permettant ainsi à tous les veinards – LOL – d’avoir une vue d’ensemble. En 1970, les premiers peep-show que l’on connait encore aujourd’hui fleurissent dans les rues de New York, et plus particulièrement à Time Square.

Les filles se dénudent se plus en plus

Dans le documentaire La tumultueuse histoire des peep-shows diffusé sur Arte, les journalistes rencontrent les acteurs de ce marché du sexe, à savoir les propriétaires des clubs, les danseuses et les clients. On y découvre que chacun conçoit le peep-show à sa manière, comme un marché lucratif, une distraction ou un plaisir.

peep-show

Les peep-show offrent des vrais moments d’évasion, en dehors des problèmes du quotidien, loin de la réalité. D’une certaine manière, ils représentent un pays imaginaire. 
James V.Ferraro, directeur de peep-show à New York

On entre aussi dans l’intimité du dernier endroit traditionnel de San Fransisco, le Lusty Lady. Celui-ci est d’ailleurs le seul et unique à être géré par les danseuses elles-mêmes, partants du principe qu’elles n’ont pas a être dirigées par un homme.

À LIRE :   William S. Burrough l'amoureux lettré des opiacés
peep-show

De l’autre côté, on découvre le travail quotidien des personnes qui aiment la femme pour sa beauté et sa force, à l’opposé d’une quelconque objectisation de ses charmes.

C’est avec le plus beau sourire du monde que cette dame vous attend sous le scintillement des projecteurs. Elle est pétillante, sexy, sportive, très avenante. Et ça continue, avec changement de danseuse et de spectacle ! Admirez et venez en profiter, la fougueuse Lola vous attend ! Danseuse numéro 1.
annonce le gérant d’un peep-show avant le début d’une séance.

Si l’idée que chacun a des métiers du sexe, le résultat reste le même pour les peep-show. Les clients viennent en douce se masturber en quelques minutes, pour se détendre d’un rendez-vous trop stressant. Les demoiselles au centre de la table tournante se sentent puissantes grâce à la fenêtre qui les sépare des spectateurs, mais restent malgré tout conscientes de la consommation excessive et impulsive qu’en ont les clients.

Un peep-show 2.0 est né avec Internet

Aujourd’hui, quelques peep-show existent encore à Paris, par exemple. À Time Square, traditionnel boulevard de ces spectacles érotiques, on en trouve encore aussi ! Mais avec l’ère d’internet, la rapidité et l’accessibilité aux sites pornographiques, le peep-show s’est transformé en strip-tease par webcam.

peep-show

Plus besoin de sortir de chez soi et risquer de croiser quelqu’un de familier… Maintenant, les filles se dénudent en direct sur l’écran d’ordinateur pour seulement quelques euros. Le business, qui est estimé à plus d’un milliard, détruit peu à peu la tradition des peep-shows et le respect qu’avaient les clients pour ces femmes fières de leur métier.

Elisa Barbier