Où voir un pied géant de cannabis ?

Le Hanfmuseum de Berlin raconte l’histoire du chanvre.

 

À Berlin, on peut fumer des joints et aimer se cultiver ! Si c’est le cas de certains d’entre vous, alors on vous annonce la bonne – très bonne – nouvelle : il y a un musée du chanvre à Berlin.

chanvre-berlin

Inauguré le 6 décembre 1994, le Hanfmuseum raconte l’histoire du chanvre dans toute sa splendeur malgré des murs un peu vieillis. Cela n’empêche pas au musée d’apporter de nombreuses informations quant aux différentes étapes de la culture du chanvre, que seuls les autres espaces dédiés au cannabis en Italie, en Suisse et à Amsterdam proposent. Et oui, ce type de musée se compte sur les doigts d’une seule main…

chanvre-berlin

Près d’Alexanderplatz donc, ce sont près de 250 mètres carrés de plantes qui se déclinent à l’infini et sous toutes les coutures. De la production, en passant par la récolte et l’utilisation, on découvre les détails d’une agriculture bien plus vaste que la simple consommation de gros pétards de weed.

En effet, le chanvre était déjà utilisé vers 1450 pour la fabrication de papier nécessaire à l’imprimerie de Gutenberg en Allemagne. La cellulose présente dans la plante était extraite afin d’en faire des feuilles de papier ! Puis, le chanvre se transforme en fibre textile pour tisser des cordes et des vêtements, tandis que l’huile permet d’élaborer cosmétiques et médicaments.

À LIRE :   Alternative à la pâte à pizza : la pâte de patate !
chanvre-berlin

Cependant, ne vous attendez pas à être fons-dé quelques minutes après la dégustation de graines de chanvre. Ahaha ! La production destinée à l’industrie contient beaucoup moins de THC que la plante consommée à des fins récréatives – 0,3% de THC dans l’industriel contre plus de 5% dans la weed récréative -.

chanvre-berlin

C’est quand même plutôt cool de voir un plant géant de cannabis aux côtés de toutes les sortes de shit du monde ! Le musée du chanvre de Berlin propose aussi de se détendre tranquilou’-pépouze au Lesecafe, où l’art rencontre le goût.
Photographies tirées sur site Moi Caméléon.

Alors, à quand un nouveau « C’est pas sorcier ! » sur le cannabis ?