La weed récréative. La fin d’un eldorado?

Comme un vent de retour en arrière aux États-Unis

Le gouvernement Trump a réagi à la consommation récréative des fumeurs de cannabis. Cette plante naturelle devrait être uniquement considérée comme un moyen thérapeutique selon les déclarations de Sean Spicer, porte parole de la Maison Blanche. Plus étonnant, la consommation de cannabis contribuerait à « l’épidémie américaine de décès dus aux opiacés » (ce qui, il faut le dire, est d’une inexactitude proche de….. enfin comme le Trump en vrai).

Rappelons que désormais 36 États ont dépénalisé le cannabis médicinal, dont 8 qui autorisent aussi la consommation à type récréatif. Le ton de la réprimande est donné. C’est d’ailleurs ce qu’a suggéré le porte parole du gouvernement en indiquant qu’il fallait s’attendre à une plus grande répression.

Le nouveau Procureur Général au Département de la Justice, chargé de régler cette question de cannabis récréatif est lui aussi contre la légalisation. Il a d’ailleurs énoncé une phrase sublime : « les bonnes personnes ne fument pas de cannabis », donc bon en gros tout ces « hippies, rastas et autre babosses » peuvent aller se distraire ailleurs car ils ne sont pas considérés comme des bonnes personnes. Évidemment, certains États et figures politiques, les entreprises travaillant dans l’industrie cannabique, ainsi que les militants pro-légalisation ne se sont pas fait attendre pour réagir. En même temps, les résultats économiques dues à la commercialisation du cannabis se sont très vite montrés positif donc entre nous, fumeurs ou pas, ça serait un peu étrange d’interdire sa consommation sur des arguments qui reposent manifestement sur du vent.

À LIRE :   Le collectif "Les Taz" taguent les utilisateurs de trottinettes électriques dans Paris

Allez, on te laisse sur une super photo que vient de nous envoyer la Maison Blanche en lisant notre article :